Notre Newsletter
Recherche sur le site
Beauté Santé Voiture au feminin Mode de Rue Histoire des Marques Jeunes Créateurs
 Accueil   News   Boutique   Défilés   High Tech   Lieux Tendances   Luxe   Mode   Voyages & Loisirs   Culture   Déco   Maison 
   

|BeauteSante|

23/03/2016 - Interview avec Suzi Weiss-Fischmann, fondatrice d’O.P.I.

c'est à l'occasion d'un événement presse organisé par O.P.I à Munich que la PDG et fondatrice de beautypress, Gabriele Fuchs a eu l'opportunité de faire une interview exclusive de Suzi Weiss-Fischmann, fondatrice d’O.P.I et d'en apprendre d'avantage sur l'incroyable succès de cette femme qui a malgré tout su garder les pieds sur terre et qui se révèle être une très sympathique mère de deux enfants. Cette femme a une histoire à raconter qui est absolument fascinante et unique en son genre. Elle a lancé sa société en 1989 en tant que fournisseur de produits dentaires et a ainsi découvert que les bases en acrylique étaient utiles pour améliorer la qualité des vernis à ongles. C'est en se servant des initiales de sa société – O(donthorium) P(roduct) I(nc) – qu'elle a trouvé un nom pour sa marque.

Partagez cet article sur vos réseaux :

 
 

rencontre avec une femme d'exception

Comment avez-vous lancé votre entreprise ?
Suzi : Avec mon beau-frère, nous avons lancé une entreprise de produits dentaires et nous avons vu dans les années 80 toutes ces extensions d'ongles artificielles à base d'acrylique qui ont une
composition chimique très proche de celle des dentiers. Après avoir rencontré un jeune chimiste qui travaillait dans l'industrie cinématographique pour les effets spéciaux, nous avons décidé de travailler sur une formule. C'est ainsi que nous avons mis au point le liquide, la poudre et le primer, notre tout premier produit. Les professionnels de salons de beauté ont tout de suite adoré notre produit car il était facile à utiliser et ils avaient assez de temps pour donner une forme aux ongles. En 1989, nous avons souhaité que O.P.I. devienne une marque connue auprès du public qui se décline en produits que l'on pouvait utiliser chez soi.
Grâce à sa formule originale bi-phasée, Juicy Shaker conjugue le confort à l’impact coloriel de pigments savamment dosés. Et ce, dans une multitude de teintes vives au fini modulable… Un agent dispersant garantit une diffusion homogène des pigments lorsque la texture est secouée, et donc une parfaite répartition de la couleur lors de l’application.

Y a-t’il des conseils que vous pourriez donner aux start-ups qui essaient de s'insérer
sur le marché des cosmétiques ?

Le monde d'aujourd'hui n'a plus rien à voir avec ce qu'il était lorsque nous avons commencé. Il
est désormais possible de lancer une entreprise via les réseaux sociaux. Si vous avez un bon produit et que vous parvenez à obtenir des abonnés, grâce à une vidéo Youtube par exemple, alors vous pouvez vendre en ligne. C'est comme ça que les marques Indie débutent de nos jours. Pour nous à l'époque, la qualité, les teintes mises en avant par la mode et les grands noms formaient nos bases avec également nos idées et les bonnes personnes qui ont fait en sorte que cela fonctionne.

Alors, à votre avis, quel est la clé de votre succès ?
La passion, parce que je suis vraiment passionnée par ce que je fais et la discipline. Il faut
toujours savoir ce que l'on veut vraiment et aussi savoir ce que fait la concurrence. Mais je dirais qu'il faut toujours suivre son instinct. Ensuite, il faut savoir prendre des décisions. Alors bien sûr, parfois on se trompe mais on continue d'avancer et on apprend.

Y a-t'il une couleur en particulier quand vous pensez au succès ?
Au début, O.P.I. était toujours connu pour ses belles teintes de rouge, déclinées du sombre au
clair. Si vous m'aviez demandé il y a dix ans si j'envisageais de faire des vernis vert ou bleu, j'aurais dit non. J'ai évolué au fil des tendances. Et, à vrai dire, j'ai en quelque sorte grandi avec ce business et désormais j'envisage toutes les couleurs sans aucun tabou.

Si vous regardez vers l'avenir, disons les 5 prochaines années, que voyez-vous sur le
marché des cosmétiques pour ongles ?

L'une des grandes tendances sera les traitements pour améliorer les ongles. Tout est une
question de bien être, comme pour la peau. Comme il est très difficile d'innover au niveau des
formules, je pense que l'évolution sera basée sur le développement de produits hybrides. Ce sont des produits qui se situent entre des vernis et des gels qui permettent d'augmenter la tenue et la brillance de nos vernis à ongles basiques. Je parle ici de vernis à base de nitrocellulose. Si l'on cherche une tenue et une brillance maximale, on optera toujours pour du gel. Mais la durabilité de n'importe quelle formule dépendra toujours de la qualité de l'ongle lui-même et de ce que l'on fait de ses ongles. Serena Williams, qui par ailleurs est une technicienne en onglerie diplômée et une fan de O.P.I., se fait poser du gel avant un tournoi. Elle veut éviter d'avoir des ongles abîmés et un vernis écaillé, c'est pourquoi elle s'assure toujours qu'ils restent parfaits.

Doit-on s'attendre à ce que le marché des formules classiques rétrécisse et que les
gels dominent ?

Non, je ne pense pas. Les formules classiques resteront la plus grande part du marché car elles
sont plus abordables mais, confrontées à une plus forte concurrence, elles sont plus sensibles aux
variations de prix. Et évidemment, elles sont plus faciles et plus rapides à utiliser que les systèmes à base de gel qui nécessitent plus d'étapes et sont chronophages. Les hybrides sont faits pour un usage domestique alors que les systèmes à base de gel sont destinés uniquement à un usage professionnel. Notre but est d'offrir les produits les meilleurs possibles au consommateur chez lui et au professionnel en salon. Nous savons que le premier achat est déterminé par la couleur et un achat impulsif mais, en revanche, le second achat est basé sur la qualité, c'est ce que nous gardons toujours en tête. 

Vous nous avez dit un peu plus tôt que vous étiez inspirée par la nourriture en ce
moment, pourquoi cela ?

Parce que la nourriture a pris une place tellement importante dans nos vies et c'est une énorme
tendance. Prenez les jeunes, regardez ce qu'ils partagent sur les réseaux sociaux – c'est la nourriture qu'ils mangent chez eux ou au restaurant. Je suis quelqu'un de très secret mais lorsque je regarde mes enfants, je ne peux que constater cette mode qui utilise Instagram et Pinterest pour montrer les gâteaux qu'ils ont mangé, les plats qu'ils ont aimés. 

 

Par Fashions-addict.com avec Beautypress

 


Les articles les plus lus

A lire également

Fashions-addict : nos 10 personnalités fashion de 2015

Les sœurs Kendall et Kylie Jenner se lancent dans la Mode

Spécial Santé : Maigrir, les conseils de la diététicienne

Le luxe : un atout pour le tourisme français

   

PUBLICITE




Suivez nous sur les réseaux sociaux


Recevez notre newsletter gratuite dans votre boite mail
Abonnez-vous


Pour suivre les rubriques : Beauté/Santé
Voiture - Mode de Rue - Histoire des Marques - Jeunes Créateurs abonnez-vous au Flux Rss >>

Pour suivre les rubriques : News - Défilés - Boutique - High-Tech - Lieux tendance - Luxe - Mode - Voyage & Loisirs - Culture - Déco : abonnez-vous au Flux Rss >>




 Qui sommes-nous ?   Contactez-nous   Plan du site   Partenaires   Publicité   CGV   Mentions Légales   Protection des données