Notre Newsletter
Recherche sur le site
Beauté Santé Voiture au feminin Mode de Rue Histoire des Marques Jeunes Créateurs
 Accueil   News   Boutique   Défilés   High Tech   Lieux Tendances   Luxe   Mode   Voyages & Loisirs   Culture   Déco   Maison 
   
|News|

Publié le 31/12/2007  | Miss France doit-elle démissionner ?


Geneviève de Fontenay, présidente du Comité Miss France, a demandé vendredi, sur Europe 1, la "démission immédiate" de Miss
France 2008, Valérie Begue, qui avait été élue le 8 décembre par les téléspectateurs de TF1 et un jury de personnalités.
Le magazine Entrevue a publié vendredi des photos remontant à il y a quelques mois où Valérie Begue, alors Miss Réunion 2007, posait dans des scènes particulièrement suggestives, notamment en léchant le contenu d'un yaourt et dans une allégorie du Christ en croix dans une piscine.
"C'est absolument inadmissible. Elle doit démissionner immédiatement sinon on la fera partir. Ce n'est en rien l'image de Miss France, image qu'elle salit. Depuis toujours, je lutte pour que cette élection soit digne de la France", a indiqué à l'AFP Mme de Fontenay qui se déclare "mortifiée" par cette situation.
"Je ne veux plus la voir (ndlr : Valérie Begue). Je ne veux pas me balader toute l'année avec une fille comme ça. Je ne peux accepter cela. C'est un "tsunami". Je suis affligée et terriblement déçue. Il faut rester intransigeant car cette fois, le dérapage est très grave, consternant", a ajouté Mme de Fontenay.
"C'est une fille indigne. Je ne comprends surtout pas comment elle a eu le culot de se présenter en sachant ce qu'elle avait fait alors qu'elle ne peut ignorer l'éthique Miss France. Comment a-t-elle pu solliciter les suffrages des téléspectateurs dans ces conditions ?", s'interroge la dame au chapeau qui se dit "désolée pour les Réunionnais".
"La Réunion n'a pas mérité ça et nous non plus !", a-t-elle ajouté,
précisant que dans l'hypothèse où la société de production endemol, propriétaire de l'élection Miss France, n'appouvait pas sa décision, "c'est (elle) qui n'aurait plus qu'à partir".
Selon le règlement Miss France, l'une des dauphines sera désignée en remplacement de Valérie Begue qui avait devancé Vahinerii Requillart, Miss Nouvelle-Calédonie, 19 ans et 1ère dauphine, et Laura Tanguy, Miss Pays-de-Loire, 20 ans et 2e dauphine.
Miss France 2004, Laeticia Bléger, avait été suspendue six mois pour des photos moins suggestives toutefois, publiées aussi par les magazines Playboy et Entrevue.

Source AFP - 21.12.2007
La réaction de Miss France :

La Réunionnaise Valérie Bègue, Miss France 2008, a déclaré vendredi qu'elle ne "veut pas démissionner", se déclarant "trahie par la publication de photos personnelles, prises il y a trois ans".
"Je pense que je serai destituée, mais je ne veux pas partir en démissionnant", a déclaré Miss France 2008 sur l'antenne de Radio Free Dom. Les photos publiées par le magazine Entrevue étaient "strictement personnelles et n'étaient pas censées être publiées" a-t-elle ajouté. "Je n'ai jamais été rémunérée pour ces photos. C'étaient des esquisses, des photos prises il y a trois ans. J'étais jeune", a encore déclaré Valérie Bègue, 22 ans.
"On verra bien ce que décide le comité Miss France", a-t-elle poursuivi affirmant ne pas avoir pu en parler jusqu'à présent avec la présidente du Comité Miss France, Geneviève de Fontenay, qui lui demande de démissionner. Le délégué du comité Miss France à la Réunion, Aziz Patel, a affirmé de son côté à l'AFP que Valérie Bègue "comme toutes les autres candidates" à Miss France, a signé un contrat dans lequel elle "reconnaît n'avoir jamais posé ou s'être exhibée et s'interdit de poser dans des tenues ou poses équivoques ou totalement dénudée".
Valérie Bègue est rentrée jeudi à la Réunion où elle a été accueillie à l'aéroport par une foule enthousiaste et les principales personnalités de l'île dont le préfet de la Réunion, Pierre-Henri Maccioni.
Entrevue a publié vendredi des photos où Valérie Bègue pose dans des scènes particulièrement suggestives, notamment en léchant le contenu d'un yaourt et dans une allégorie du Christ en croix, dans une piscine. Geneviève de Fontenay a demandé vendredi sur Europe 1 la "démission immédiate" de la jeune femme, élue le 8 décembre par les téléspectateurs de TF1 et un jury de personnalités.
Source AFP - 21.12.2007
Nouvelle Réaction de Miss France dans la soirée :
SAINT-DENIS-DE-LA REUNION, 21 déc 2007 (AFP) - La Réunionnaise Valérie Bègue était menacée de perdre sa couronne de Miss France 2008 après la publication vendredi de photos suggestives, une nouvelle qui a suscité colère et incrédulité dans son île qui la fêtait déjà comme une "princesse".
La présidente du Comité Miss France, Geneviève de Fontenay, a demandé la "démission immédiate" de Valérie Bègue, 22 ans, élue Miss France le 8 décembre par les téléspectateurs de TF1 et un jury de personnalités, après la publication par le magazine Entrevue de photos compromettantes datant de plusieurs mois.Valérie Begue, alors Miss Réunion 2007, y prend des poses suggestives, notamment en léchant le contenu d'un yaourt et en prenant la pose du Christ en croix dans une piscine.
"C'est absolument inadmissible. Elle doit démissionner immédiatement sinon on la fera partir", a prévenu Geneviève de Fontenay sur Europe 1. Toutes les candidates à Miss France doivent signer un document pour s'engager à ne s'être jamais laissé photographier dans des poses équivoques ou totalement dénudée. C'est sur les ondes de Radio Free Dom, première radio de l'île qui relaye les journaux d'Europe 1, que les Réunionnais ont pris connaissance des propos de Mme de Fontenay. Le standard a été vite saturé et une émission spéciale organisée dans la foulée, au cours de laquelle les auditeurs se sont dit "bouleversés".
"Ce n'est pas juste, elle représentait si bien la Réunion", a déclaré une mère de famille sur RFO télé. La mère de Valérie Bègue est intervenue, elle aussi, sur les ondes pour soutenir sa fille: "c'est une battante. Elle ne va pas baisser les bras", a-t-elle dit.
Mais après avoir d'abord annoncé qu'elle ne "voulait pas démissionner", Valérie Bègue, visage fermé, a tenu en soirée une conférence de presse pour annoncer qu'elle se donnait "un temps de réflexion" avant de prendre sa décision.
Devant les journalistes, elle a redit que les photos, faites "il y a trois ans", n'étaient pas "destinées à être publiées", que ni elle, ni le photographe n'ont été payées pour le faire. Elle s'est déclarée "trahie" par cette publication tout en disant "comprendre" la réaction du Comité Miss France. "J'ai fait une erreur de jeunesse, je l'assume" a-t-elle dit.
Le choc a été d'autant plus rude à La Réunion que c'est la première fois depuis 1978 qu'une native de l'île décrochait le titre de Miss France. Une consécration qui, espérait-on, allait faire oublier les drames qu'a connus la Réunion en 2006 et 2007 - épidémie du chikungunya, cyclone Gamède, enlèvement du petit Alexandre, houle géante, etc - et faire revenir les touristes.
Des centaines de fans étaient allés accueillir Miss France à sa descente d'avion jeudi, aux côtés du président du conseil général, du député-maire de Saint-Denis et du préfet. "Notre princesse est de retour" a titré le Journal de l'Ile (JIR). "Accueillie comme une reine" a rencheri le Quotidien de la Réunion, les deux journaux consacrant 6 pages spéciales à l'événement.
Selon le règlement Miss France, l'une des dauphines devrait être désignée en remplacement de Valérie Bègue, qui avait devancé Vahinerii Requillart, Miss Nouvelle-Calédonie, 1ère dauphine, et Laura Tanguy, Miss Pays-de-Loire, 2e dauphine.

________________________________________________________________________________________________________________

SAINT-DENIS-DE-LA REUNION, 23 déc 2007 (AFP) - L'île de la Réunion se mobilise avec ferveur pour sa Miss France, menacée de perdre sa couronne pour cause de photos lestes, sans parvenir pour l'heure à faire fléchir Geneviève de Fontenay, gardienne vigilante de ce concours de beauté.
De son évêque à sa classe politique toutes étiquettes confondues, le département-région de l'Océan indien a pris comme un seul homme la défense de Valérie Bègue, 22 ans. Il y a quinze jours à Dunkerque, sous l'oeil d'expert de Patrick Bruel, président du jury 2008, la belle brune triomphait de 35 rivales. Victoire qu'aucune Miss Réunion n'avait remportée depuis 1976. Le 20 décembre, elle recevait un accueil triomphal de son île: préfet, élus et foule enthousiaste à l'aéroport de Saint-Denis.
Le lendemain, patatras: Geneviève de Fontenay demandait sa "démission immédiate" après la publication dans le magazine à scandales Entrevue de photos "personnelles": Valérie mimant un Christ en croix dans une piscine, Valérie léchant un yaourt répandu sur le sol...
Samedi, l'évêque de l'île Mgr Gilbert Aubry, bien que "choqué" par le cliché à la croix, "insulte à la foi des chrétiens", a vu dans la jeune femme "une victime qui a besoin de soutien". "Nous refusons d'être utilisés pour obtenir une destitution de Miss France", s'est insurgé le dignitaire.
Dimanche, une manifestation oecuménique d'environ 300 personnes a crié son soutien à la belle brune de 1m74 (par ailleurs en deuxième année de BTS commerce international). Parmi les protestataires, UMP et PCR réunis. Des élus du parti présidentiel se sont par ailleurs fendus d'une lettre demandant des "excuses publiques" à Mme de Fontenay, accusée d'avoir tenu des "propos à caractère raciste".
"Elle n'a qu'à rester là-bas", "Je ne me vois pas me promenant dans les provinces, dans les communes rurales, escortée d'une fille comme ça": tels sont les déclarations de Mme de Fontenay qui ont suscité l'ire réunionnaise.
Le Parti communiste de l'île a lui aussi demandé à l'organisatrice de présenter des "excuses au peuple réunionnais". Le député socialiste Jean-Claude Fruteau s'est dit "scandalisé" par l'attitude "insolente et désinvolte" de la grande ordonnatrice, connue pour son port de cariatide et ses chapeaux surdimensionnés. Mais celle-ci tient bon. "On ne peut pas laisser passer", assène-t-elle. "Les élus qui ont manifesté devraient être plus responsables: seraient-ils contents de voir leur propre fille dans ce genre de photos? J'ai reçu d'innombrables soutiens".
Geneviève de Fontenay rappelle à l'AFP que "le règlement Miss France est très clair: les miss certifient par écrit n'avoir jamais posé pour des photos ou des tenues équivoques". D'autres Miss ont naguère dégringolé de leur trône pour des raisons comparables: ce fut le cas de Laëtitia Bléger, cru 2004. Ayant posé demi-nue pour Play Boy, elle avait subi une demi-année d'interdiction de couronne-écharpe.
De même, Mister France 2004-2005 avait été "suspendu" pendant six mois pour une raison plus floue: il n'avait pas rempli "certains engagements majeurs inhérents à son titre et à ses obligations contractuelles"...

Source AFP - 23.12.2007

___________________________________________________________________________________________________________________ Communiqué du 28/12/2007

Miss France 2008 Valérie Bègue conserve sa couronne
PARIS, 28 déc 2007 (AFP) - Miss France 2008 Valérie Bègue, dont la couronne était menacée depuis la parution de photos suggestives dans un magazine, conserve son titre "à condition d'aucune participation à des élections internationales", ont annoncé à la presse vendredi les organisateurs du concours.

___________________________________________________________________________________________________________________ Communiqué du 31/12/2007
le tribunal ordonne le retrait de la vente du magazine Entrevue à la Réunion
SAINT-DENIS-DE-LA REUNION, 31 déc 2007 (AFP) - Le juge des référés du tribunal de grande instance de Saint-Denis a ordonné lundi le "retrait immédiat" des points de vente de la Réunion du dernier numéro du magazine Entrevue, estimant qu'il porte "atteinte au respect dû à la vie privée" de Valérie Bègue, Miss France 2008.
Cette décision est la conséquence d'une demande d'interdiction dans l'île faite par Valérie Bègue vendredi, jour où le magazine a été mis en vente localement. La jeune réunionnaise avait vu sa couronne menacée après la publication le 21 décembre en métropole de ces photos, la montrant léchant un yaourt renversé ou posant en maillot de bain dans la position du Christ sur une croix.
Valérie Bègue, dont le titre a finalement été confirmé vendredi par le Comité Miss France, estimait que les photos publiées constituent une "grave atteinte au droit à son image et une intrusion intolérable dans l'intimité de sa vie privée".
Miss France 2008 avait fait savoir, par la voix de son avocat, Me Iqbal Akhoun, qu'elle "n'a jamais autorisé" la diffusion "de ces photographies personnelles anciennes et à caractère strictement privé et qui ont dû être volées et revendues". Dans son ordonnance de référé, le juge Patrice Fillol, vice-président du tribunal de grande instance de Saint-Denis, a jugé que la SCPE (Société de conception de presse et d'édition), propriétaire du magazine Entrevue, a "porté atteinte au respect dû à la vie privée et à l'image de Valérie Bègue par la publication de photographies privées dans le magazine n° 186 de janvier 2008".
Il a ordonné son "retrait immédiat sur l'île de la Réunion de tous les points de vente (...) sous astreinte de 300 euros par infraction constatée". La SCPE doit par ailleurs faire paraître dans le prochain numéro, en première page, un encadré indiquant que "l'éditeur du magazine Entrevue a été condamné à payer à Valérie Bègue une provision de 15.000 euros en réparation de l'atteinte portée à l'intimité de sa vie privée". Lors de l'examen des faits, l'avocat de la SCPE Me Florent Desarneau, du barreau de Paris, avait plaidé que les photos incriminées ont été faites dans un cadre "professionnel", à savoir une "activité de mannequinat et pour le compte d'une marque de vêtement".
Il avait ajouté que "la parution des clichés litigieux relève du droit du magazine Entrevue d'informer par l'image que la gagnante du concours Miss France a eu un comportement en inadéquation avec ses engagements contractuels imposés à toute candidate ou Miss France". Entrevue a été diffusé à partir de vendredi dans l'île à 4.000 exemplaires, le double de sa diffusion habituelle. Les Réunionnais se sont aussitôt rués sur le magazine et dès samedi, certains distributeurs étaient en rupture de stock, a constaté un journaliste de l'AFP.
 

 
   

PUBLICITE




Suivez nous sur les réseaux sociaux


Recevez notre newsletter gratuite dans votre boite mail
Abonnez-vous


Pour suivre les rubriques : Beauté/Santé
Voiture - Mode de Rue - Histoire des Marques - Jeunes Créateurs abonnez-vous au Flux Rss >>

Pour suivre les rubriques : News - Défilés - Boutique - High-Tech - Lieux tendance - Luxe - Mode - Voyage & Loisirs - Culture - Déco : abonnez-vous au Flux Rss >>




 Qui sommes-nous ?   Contactez-nous   Plan du site   Partenaires   Publicité   CGV   Mentions Légales   Protection des données