Notre Newsletter
Recherche sur le site
Beauté Santé Voiture au feminin Mode de Rue Histoire des Marques Jeunes Créateurs
 Accueil   News   Boutique   Défilés   High Tech   Lieux Tendances   Luxe   Mode   Voyages & Loisirs   Culture   Déco   Maison 
   

|BeauteSante|

02/06/2017 - Tout savoir sur l’augmentation mammaire

L’augmentation mammaire est l’un des actes les plus demandés par les femmes en France : il concerne plus de 17,3 % des demandes totales ! Pourtant, lorsque l’on veut se renseigner sur cette intervention, on peut vite se sentir dépassée par la masse d’informations… Nous sommes là pour tout vous résumer en répondant aux questions essentielles !

L’augmentation mammaire par prothèses

Partagez cet article sur vos réseaux :

 
 
 

C’est la technique d’augmentation mammaire la plus courante : elle consiste à insérer dans le sein un implant, dont la taille est définie à l’avance entre la patiente et le chirurgien.

 Tout ce qu’il faut savoir sur les implants 

Lors d’une première consultation avec un chirurgien esthétique, il examinera votre poitrine et vous fera essayer différentes prothèses dans un soutien-gorge adapté, afin que vous puissiez déterminer la taille qui vous convient le mieux.  
Les implants ont généralement deux formes possibles : rondes et anatomiques. Les anatomiques ont une forme de poire, s’adaptent parfaitement à la forme du sein, etsont plutôt proposés aux femmes avec une petite poitrine de base, car ils se sentiront moins sous la peau. Les implants ronds ont une base plus réduite et assurent un profil plus bombé. Ils ont l’avantage d’être ronds lorsque la femme est allongée, et de prendre une forme plus anatomique lorsqu’elle est debout, ce qui respecte la nature originelle du sein. De plus, si les implants ronds tournent dans la loge, cela ne posera pas de problème.
Les implants sont généralement en silicone : celui-ci se présente sous la forme d’un gel dit cohésif, c’est-à- dire que si la prothèse se perce, il ne peut pas en sortir. Il existe également des prothèses remplies de sérum physiologique, dont la texture est cependant un peu plus dure.
Les implants possèdent des “profils” différents : bas, modéré ou haut. Il s’agit de la projection (ou “rondeur”) de l’implant lorsque la femme est vue de profil. Un implant au profil haut sera beaucoup plus projeté vers l’avant qu’un profil bas, pour un diamètre identique.
Les implants possèdent différents volumes, exprimés en centimètres cubes (CC). En France, les tailles peuvent varier entre 125 et 800 CC, mais la taille la plus demandée par les femmes est de 350 CC. 

Comment se passe l’intervention ?

La prothèse peut être introduite dans le sein depuis trois voies, que l’on appelle les voies d’abord :

  • La voie axillaire : le chirurgien réalise une petite incision dans l’aisselle pour pouvoir passer la prothèse. Cette méthode a l’avantage d’être extrêmement discrète, car la cicatrice ne se voit que lorsqu’on lève les bras.
  • La voie péri-aréolaire : l’incision pour passer la prothèse est réalisée sous l’aréole
  • La voie sous-mammaire : l’incision est faite dans le sillon sous-mammaire, la cicatrice est ainsi complètement masquée par le sein en position debout. 


Selon les demandes et besoins de la patiente, la prothèse peut être posée de trois manières :

  • Derrière la glande mammaire : lorsque la prothèse est placée derrière la glande, le post-opératoire est allégé car les gestes sur le sein et la glande sont faibles. Avec le temps, la prothèse descend avec la glande mammaire, ce qui permet un rendu naturel et autorise sans problème l’allaitement.
  • Derrière le muscle : la prothèse peut être placée derrière le muscle du thorax. Le rendu est plus naturel, surtout dans le cas de petites poitrines, où cela permet de ne pas sentir la prothèse à travers la peau, mais le post-opératoire est plus douloureux. Lorsque le muscle est contracté, la prothèse peut cependant avoir tendance à remonter.
  • La technique Dual Plan : plébiscitée par de nombreux médecins, cette technique consiste à placer le haut de la prothèse derrière le muscle et le bas derrière la glande, cumulant ainsi les avantages des deux techniques, pour un résultat très naturel et un post-opératoire moins douloureux.

 

 

Comment se passe le post-opératoire ?

Lors d’une consultation en vue d’une augmentation mammaire, le chirurgien vous expliquera toute la procédure clairement. L’intervention se fait le plus souvent sous anesthésie générale, et peut être faite en ambulatoire (vous rentrez chez vous le soir même) ou non.


Après l’intervention, vous devrez porter pendant environ quinze jours un soutien-gorge de contention, et pourrez bénéficier de l’aide d’une infirmière pour venir changer vos pansements.
Les suites sont assez simples, et la plupart des patientes réussissent à lever les bras au-dessus de la tête dès le lendemain de l’intervention. Le chirurgien vous prescrira des antalgiques pour diminuer les douleurs, qui peuvent durer quelques jours.
Après l’opération, il est tout à fait normal que la poitrine soit dure, gonflée, qu’elle apparaisse trop volumineuse. Dans certains cas, leur forme et leur taille peuvent sembler différentes, et la sensibilité du sein être totalement modifiée. Ce sont des suites tout à fait courantes, notamment dues aux oedèmes, et il est important de se rappeler que le résultat final ne se voit qu’après trois à six mois après intervention.
Quant aux cicatrices, elles vont blanchir petit à petit, et seront quasiment invisibles après un an.

 L’augmentation mammaire par lipofilling 

Le lipofilling, ou lipostructure, est une autre technique possible d’augmentation mammaire, apparue il y a une dizaine d’années. Elle consiste à prélever de la graisse sur une zone du corps (ventre, cuisses, hanches), puis à la réinjecter dans les seins afin d’en augmenter le volume. C’est une intervention qui peut aussi être utilisée en cas de malformation du sein ou lors d’une reconstruction mammaire après mastectomie.
L’un des principaux avantages de cette technique, c’est son côté deux en un. En effet, elle permet de traiter les amas graisseux localisés et de redonner du volume à la poitrine en une seule opération. En outre, comme il s’agit des cellules graisseuses de la patiente, le risque de rejet de la greffe est très réduit. 
Cette technique peut permettre d’augmenter le volume des seins de manière naturelle, d’autant que l’évolution de la graisse sera identique à celle de la zone de prélèvement : si la patiente prend du poids, la graisse prend du volume, et si elle perd du poids, la graisse diminue.

Comment se déroule cette intervention ?

La plupart du temps, l’intervention se fait sous anesthésie générale et en ambulatoire ou avec une nuit d’hospitalisation. Dans un premier temps, le chirurgien réalise une liposuccion douce et non traumatique via de petites incisions par lesquelles seront introduites les canules.
Ensuite, la graisse est purifiée pour la séparer du sérum, soit par centrifugation, soit par filtration de la graisse. Enfin, la graisse est réinjectée dans la zone choisie par des points d’entrée de moins de 1mm.

Et après l'opération ?

Tout comme pour l’augmentation mammaire par implants, la patiente devra porter un soutien-gorge de contention pendant une quinzaine de jours, mais, ayant subi une liposuccion, elle devra aussi porter un panty de contention. Une semaine de repos est généralement nécessaire.
Grâce à l’utilisation de canules pour la liposuccion et de seringues pour la réinjection de la graisse, les cicatrices sont très fines et n’excèdent pas quelques millimètres. 
Après quelques mois, les cicatrices sont quasiment invisibles. 
Il est courant que 10 à 30% de la graisse injectée se résorbe après intervention, c’est pourquoi il sera parfois nécessaire de réaliser une deuxième intervention après quelques mois. Après trois mois, si la graisse n’a pas bougé, elle tiendra définitivement.
Le lipofilling est une technique qui permet, outre les seins, de redonner du volume aux fesses, aux lèvres, ou de reconstruire les volumes perdus sur le visage.



Par Fashions-addict.com
 


Les articles les plus lus

A lire également

Les fermes de Gally, la campagne à Paris

La Maison Carven s'invite chez La Redoute

Spécial Santé : Maigrir, les conseils de la diététicienne

Jean-Paul Gaultier signe des Bensimon pour les enfants

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

 
 

 

   

PUBLICITE




Suivez nous sur les réseaux sociaux


Recevez notre newsletter gratuite dans votre boite mail
Abonnez-vous


Pour suivre les rubriques : Beauté/Santé
Voiture - Mode de Rue - Histoire des Marques - Jeunes Créateurs abonnez-vous au Flux Rss >>

Pour suivre les rubriques : News - Défilés - Boutique - High-Tech - Lieux tendance - Luxe - Mode - Voyage & Loisirs - Culture - Déco : abonnez-vous au Flux Rss >>




 Qui sommes-nous ?   Contactez-nous   Plan du site   Partenaires   Publicité   CGV   Mentions Légales   Protection des données