Notre Newsletter
Recherche sur le site
Beauté Santé Voiture au feminin Mode de Rue Histoire des Marques Jeunes Créateurs
 Accueil   News   Boutique   Défilés   High Tech   Lieux Tendances   Luxe   Mode   Voyages & Loisirs   Culture   Déco   Maison 
   

|HIstoireDesMarques|

21/08/2006 - L'histoire des marques : Chanel

Gabrielle Chanel dite Coco Chanel est née à Saumur le 19/08/1883. Elle perd très tôt sa mère. Abandonnée par son père à l'âge de 12 ans, elle est élevée dans un orphelinat par les religieuses du couvent d'Aubazine, en Corrèze. Sa rencontre avec la couture se fait dès son entrée à l'orphelinat, enseignée par les religieuses. Elle commence son apprentissage dans une maison de layette à Moulins.
En 1909, elle installe son premier atelier modiste de chapeaux pour dames, dans une garçonnière du boulevard de Malesherbes à Paris. Mais c'est sa rencontre avec l'Anglais Alfred Capel, dit "Boy", ex-champion de Polo reconverti dans l'industrie, qui permet l'ascension de Gabrielle Chanel.

Il lui offre sa première boutique, 21 rue Cambon à Paris. L'histoire Chanel commence alors. Chanel offre aux femmes le confort et la liberté de mouvement. Elle veut une femme libre, libre de ses mouvements, de ses opinions, de ses choix. C'est ce que l'on retrouve dans ses créations, avec une mode fluide, qui laisse respirer, bouger, travailler, ce qui préfigure l'émancipation féminine. Elle raccourcit les jupes, supprime la taille, lance la mode des cheveux courts et fait entrer dans la garde robe féminine des éléments du vestiaire masculin.
Coco Chanel, tout en libérant les femmes de leurs corsets et jupons, a pratiquement tout inventé : le pantalon, le tailleur, la jupe courte, les bijoux fantaisie... Même si ses créations s'inspiraient du vêtement masculin, elle ne craignait pas de dire que "plus une femme est féminine, plus elle est forte".
On connaît Mademoiselle Chanel pour son introduction du jersey, du tailleur tweed, la petite robe noire, les escarpins bicolores, le parfum Chanel n°5, le sac matelassé, le camélia, le noir et blanc. C'est une femme audacieuse, visionnaire, perfectionniste. De 1920 à 1939, Chanel - elle a lancé Nº 5, son premier parfum - règne sur Paris. Six mois après la mort de Boy, elle s'installe au Ritz - des années plus tard, elle y retrouvera ses habitudes de femme blessée. Coco ne pleure plus. Elle se perd dans le travail. Et elle invente. Le costume de sport, les faux bijoux qu'elle fait dessiner par François Hugo, le sac en bandoulière parce qu'elle se lasse d'égarer le sien, et les sandales à semelle de liège qu'elle s'est fabriquées pour marcher sur le sable brûlant de la plage du Lido, à Venise.
En 1924 Coco Chanel s'associe avec Pierre Wertheimer qui dirige BOURJOIS pour développer son activité parfums. Gabrielle Chanel, qui a rayé très tôt de sa vie ce qui lui restait de famille de sang au profit de celle du cœur, préfère les doutes des artistes, ses seuls vrais amis, aux fastes princiers : Cocteau, Picasso, Darius Milhaud, Serge Lifar, Diaghilev - dont elle paiera l'enterrement à Venise, en 1929, sans le dire - Stravinsky, dont elle finance sans le faire savoir Le Sacre du printemps, seront ses remparts contre les chimères de la mondanité. "Pour la première fois, Coco aime vraiment, affirme Misia Sert à Colette, dévoilant l'amour de son amie pour Pierre Reverdy. Fantasme ou parole d'intime? Le poète fut en effet le compagnon de l'ombre, l'amant sombre et difficile qui donne le goût des livres à celle qui cultive sa solitude. En 1935 elle atteint le sommet de sa gloire et la rue Cambon voit défiler toutes les célébrités et têtes couronnées de l'époque. Coco CHANEL est à la tête de plus de 4000 ouvrières.
Ensuite des années moins roses s'annoncent pour Chanel : une grève de ses ouvrières, les premiers congés payés et l'arrivée d'Elsa Schiaparelli. Cette couturière d'origine italienne, amie des surréalistes, a ouvert sa maison en 1934. Chanel vacille mais se bat pour récupérer sa couronne. L'actualité ne lui en laissera pas le temps. Ou peut-être a-t-elle senti l'urgence d'une retraite.
En 1939, peu après la déclaration de guerre, elle licencie tout son personnel et ferme la rue Cambon. Elle tente de récupérer sans y parvenir, l'entière légitimité sur les parfums qui portent son nom, par quelques manœuvres hasardeuses pendant que la famille Wertheimer est exilée aux états unis. Retour au Ritz, où la reine s'enferme. Pas tout à fait seule. Elle a une longue liaison avec Hans Gunther von D.., un officier allemand qui aime les jolies femmes. Et la vie facile. Il ne facilitera pas celle de Chanel. A la Libération, elle est arrêtée. Puis relâchée quelques heures plus tard. Sur une intervention, dernier geste du fidèle duc de Westminster? Mystère.
Exilée en Suisse, rageuse mais fière, c'est d'un palace de Saint-Moritz qu'elle voit venir ce "new-look" qui donne aux femmes les poses minaudantes, souvenirs d'avant avant-guerre, contre lesquelles elle s'est tant rebellée. Tailles étranglées, jupes trop longues, Christian Dior, maître du jour, entrave à nouveau les femmes, allant à contre-courant des convictions de la Grande Mademoiselle.
Il lui faudra quelques années encore pour se remettre de ce coup du destin sur son propre terrain. En 1953, à 70 ans, Chanel prépare son retour et réintègre la rue Cambon et cède le contrôle de sa maison de couture à Pierre Wertheimer qui lui pardonne et comprend qu’il n'y a pas de CHANEL sans Gabrielle Chanel.Après un premier essai - une collection ratée lui valant les salves de la presse qui l'a tant portée aux nues - défendu par le journal Elle (Hélène Lazareff en tête) et reconnu par les acheteurs américains, son style retrouve les faveurs des femmes. Ses vêtements, simples mais justes, sont l'uniforme préféré des femmes modernes, dont Jackie Kennedy, en novembre 1963, dans son tailleur rose taché de sang, sera le symbole fracassé.
CHANEL représente aujourd’hui certainement la plus fabuleuse affaire du luxe mondial.
Les vraies réussites sont fatales", disait celle qui est retournée vivre dans son appartement du Ritz. Et qui travaillera jusqu'au dernier soir de sa vie, le 10 janvier 1971. Un dimanche, ce jour consacré au repos et à la famille. Tout ce qu'elle déteste. De 1972 à 1983 La famille Wertheimer assure la continuité avec les fidèles de l’atelier Coco Chanel, attachés à la tradition de la grande Maison. De 1983 à 1996 Les Wertheimer font appel à des grands noms dont Karl LAGERFELD, (ancien de chez BALMAIN et de chez PATOU), pour la couture et Jacques POLGE (ancien de chez GIVAUDAN ROURE) pour les parfums.
Depuis 1984, l'Allemand Karl Lagerfeld assure la direction artistique de la maison Chanel, donnant, à coups d'éclats médiatiques incarnés par des mannequins dont sa compatriote Claudia Schiffer, qui a succédé à la Française Inès de la Fressange, une nouvelle dimension à cette institution qui fait encore rêver l'Amérique et le monde entier.

   

PUBLICITE




Suivez nous sur les réseaux sociaux


Recevez notre newsletter gratuite dans votre boite mail
Abonnez-vous


Pour suivre les rubriques : Beauté/Santé
Voiture - Mode de Rue - Histoire des Marques - Jeunes Créateurs abonnez-vous au Flux Rss >>

Pour suivre les rubriques : News - Défilés - Boutique - High-Tech - Lieux tendance - Luxe - Mode - Voyage & Loisirs - Culture - Déco : abonnez-vous au Flux Rss >>




 Qui sommes-nous ?   Contactez-nous   Plan du site   Partenaires   Publicité   CGV   Mentions Légales   Protection des données