Defiles

Publié le 09/07/2007
Dans les backstages d'un défilé : Veronika Jeanvie
Les semaines des défilés sont bien souvent des semaines folles notamment pour les médias qui couvrent les différentes présentations, défilés, showroom. Une agréable effervescence qui mêle, stresse, impatience, planning surchargé et envie de faire partager ses joies et déceptions.
Il se trouve que parfois les étapes d'une journées ne s'imbriquent pas comme prévues. C'est un peu ce qui nous est arrivé le mercredi 4 juillet lorsque nous nous sommes présentés au défilé de VERONIKA JEANVIE et que ce dernier était déjà fini. Frustration ? Oui biensûr ! Mais aussi l'occasion de faire un tour backstage, de voir l'envers du décor. Là on pénètre un autre univers. Moins de pression, sourires naturels. Comme à la fin d'une pièce de théatre, une fois que le spectacle a été donné, le devoir accompli, les acteurs retrouvent leur vrai visage. Un peu de relations publiques pour satisfaire d'éventuelles clientes, quelques echanges amicaux avec la presse et beaucoup de disponibilité. Vous avez raté le défilé ? C'est pas grave, on va poser pour vous. Voilà comment on improvise une petite séance photo entre deux coupes de champagne.
Derrière les lumières des podiums, il ne faut pas perdre de vue que des heures de travail ont été accumulées pour allumer quelques étoiles dans nos yeux.
VERONIKA JEANVIE est une jeune styliste ukrainienne. Elle a réalisé sa première robe à l'age de 17 ans dans sa cave. A 19 ans elle avait ses premières clientes. Depuis elle trace son chemin.
En 2006, sa maison de couture comprend 30 personnes. On y travaille le cuir, les fourrures, la lingerie, les robes de bal .... La nouvelle Ukraine s'amuse et a besoin de vêtements. Elle devient l'idole des fashionistas russes. Même le groupe U2 succombe et la choisissent pour faire les corsets de cuir qui les habilleront en concert.
En 2007, elle rencontre Paco Rabanne qui l'accompagne à la conquête de la mode parisienne.
Publicité