Décès de Karl Lagerfeld : les premières réactions

News
Publié le 19/02/2019
La disparition du couturier allemand Karl Lagerfeld ce mardi 19 février 2019 à l'âge de 85 ans est un choc pour le monde de la mode. Celui que l'on surnommait volontiers le kaiser était bien plus que le directeur artistique de la Maison Chanel. Son personnage était connu dans le monde entier à tel point qu'il avait sa propre poupée. Annoncée en fin de matinée sa mort plonge dans une tristesse infinie tout ceux qui ont pu côtoyer de près comme de loin le créateur et designer. Les premières réactions ne manquent pas pour témoigner du génie de "Karl" prénom qu'on osait affectueusement utiliser pour Monsieur Lagerfeld.

"Il incarnait la mode autant qu'il la façonnait" Franck Riester

Dans un communiqué de presse la marque de luxe Fendi fait part de sa vive émotion. C'est en 1965 que Paola, Anna, Franca, Carla et Alda Fendi accueillent le jeune designer allemand Karl Lagerfeld, qui aurait rapidement révolutionné l'essence même de la fourrure et dirigé Fendi au cours de cinq décennies d'innovation pure et inébranlable, donnant vie à des créations qui ont repoussé les limites de la mode. Depuis ses débuts chez Fendi, avec qui il aura créé la plus longue relation dans le monde de la mode entre un créateur et une Maison, Karl Lagerfeld était un véritable visionnaire dans tout ce qu'il imaginait, des campagnes  publicitaires aux collections prêt-à-porter en passant par les collections Couture. Grâce à la créativité sans égale de Karl Lagerfeld, en collaboration avec Silvia Venturini Fendi, Fendi est aujourd'hui synonyme de qualité intemporelle, d'héritage fort, d'expérimentation sans faille et de créativité audacieuse. Son décès marque une perte inimaginable au sein de Fendi.
"Travailler avec Karl Lagerfeld chez FENDI m'a permis d'entrevoir le secret de son renouvellement permanent et unique. Une culture immense, une capacité à se ressourcer à toutes les époques, à gouter à tous les arts, à toutes les matières, à n'ignorer aucun style, mais un refus persistant de se tourner vers son passé, de regarder son œuvre dans un rétroviseur. Il n'était jamais rassasié et son exigence ne le lâchait pas. Le défilé était à peine terminé, qu'il disait toujours : " Tout ça ne fait pas la prochaine saison ». C'est grâce à cela qu'il nous laisse un héritage immense, une inépuisable source d'inspiration pour continuer. Karl nous manquera énormément à moi-même et à tout FENDI ". Serge Brunschwig, PDG de Fendi.
"Je suis profondément attristée car nous avons perdu aujourd'hui un homme unique et un designer incomparable, qui a tant donné à FENDI et à moi-même. Je n'étais qu'une enfant lorsque j'ai vu Karl pour la première fois. Notre relation était très spéciale, basée sur une affection profonde et très authentique. Nous avions beaucoup d'appréciation mutuelle et un respect sans fin. Karl Lagerfeld a été mon mentor et mon point de référence. Un regard suffisait pour se comprendre. Pour FENDI et moi-même, le génie créateur de Karl était et restera toujours notre guide et lumière, façonnant l'ADN de la Maison. Il me manquera profondément et j'emporterai toujours avec moi les souvenirs de nos jours ensemble." Silvia Venturini Fendi, Directrice Créative FENDI pour les collections Homme, Accessoires et Enfant.

Dans un comminqué de presse l'ancien ministre de la culture Jack Lang a lui aussi tenu à exprimer son affection pour le couturier : 
"Karl Lagerfeld, le Citizen Kane de la mode, le démiurge de la haute couture ne nous illuminera plus de sa majesté, de ses folies créatrices ou encore de ses sublimes shows hollywoodiens. Pendant plus de soixante ans, le Kaiser Karl aura apprivoisé et fait scintiller les tissus et les étoffes pour en faire des œuvres d'art, des vestiaires d'exception. Toujours à l'avant-garde et reflet parfait de son temps, il fera et défera les modes, imposera les codes.
Telle Rose Bertin en son temps, il était un authentique ministre des élégances et des tendances, dictant avec gourmandise, finesse et humour ce qui devait se porter ou pas ! 
Prolixe, génial et hyperactif surdoué, il ne s'arrêtait jamais. Sa créativité comme son érudition étaient inépuisables. Rien n'était trop grand, rien n'était trop beau pour signifier son art même s'il s'est toujours considéré comme un simple artisan. C'était un homme à la culture universelle qui ne cessait jamais d'apprendre. Bibliophile maniaque, tel un ogre gourmet jamais rassasié, il dévorait les mots et se délectait de l'architecture et de la préciosité d'une phrase. Imperturbable caustique, incontrôlable  provocateur, Karl Lagerfeld aimait choquer pour faire bouger les lignes. En tacticien minutieux, il voulait imprégner ses visions novatrices de la société. Souvent considéré comme un personnage futile et rétrograde, il était tout le contraire, un être en avance, un visionnaire à l'acuité presque démoniaque. À l'image d'un Saint-Simon, il croquait avec lucidité et sans compromissions ses contemporains sur lesquels il portait un regard distancié d'une sidérante vérité. Le talentueux photographe qu'il était aussi, savait en saisir l'âme et la complexité de la nature humaine. Sa recherche permanente de l'exception et de l'esthétique n'avait jamais de limites. Karl Lagerfeld s'offrait à tout. Sa passion boulimique pour la vie était légendaire à tel point qu'il se disait immortel. Aujourd'hui, il l'est et sa sublime   impertinence artistique brillera à tout jamais sur les arts et la mode.
 Je lui dois aussi une reconnaissance personnelle. Il m'a beaucoup aidé dans les années 80 lorsque nous nous sommes battus en faveur de la reconnaissance de la mode comme un art à part entière.
Je l'aimais infiniment.
Karl "forever", Lagerfeld pour toujours."

Franck Riester, ministre de la Culture, à Karl Lagerfeld a également publié un communiqué :
"Quiconque entend le mot « mode » s'imagine le visage, les lunettes et la silhouette de Karl Lagerfeld.
Il incarnait la mode autant qu'il la façonnait.
Le personnage qu'il s'était construit, le mystère dont il se drapait, les verres teintés derrière lesquels il se cachait avaient fait de lui un mythe ; une part de notre culture populaire, une part de notre pays.
Né en Allemagne, il avait très tôt adopté la France et décidé de consacrer sa vie à la culture : par la mode, mais aussi par la photographie, le design et les livres, qu'il aimait éditer et qu'il lisait abondamment.
Karl Lagerfeld était un homme de style, un homme de lettres, un des plus grands ambassadeurs de l'élégance à la française. 
Son parcours, d'une extraordinaire longévité, l'a mené au cœur des plus grandes maisons : Pierre Balmain, Jean Patou, Chloé, puis Fendi – dont il était directeur artistique depuis plus de 50 ans – et évidemment Chanel – qu'il dirigeait depuis plus de 35 ans.
« Le luxe », disait-il avec son légendaire goût du bon mot, « c'est la liberté d'esprit, l'indépendance : bref, le politiquement incorrect. »
Sa liberté, son indépendance, son charisme, son humour et son talent vont nous manquer.
La mode perd aujourd'hui l'un de ses plus grands noms. Et le monde, l'un de ses plus grands créateurs."

De nombreuses réactions également sur les réseaux sociaux comme :
Stéphane Bern : "Tristesse d’apprendre le décès de Karl Lagerfeld, grand monsieur de la mode, généreux et fidèle, esprit lumineux et cultivé, esthète du XVIIIe siècle. Je pense à tous ses collaborateurs chez @CHANEL qui perdent leur cher #kaiser"
Cristina Cordula, la reine de la mode sur M6 a tweeté : "Karl Lagerfeld vient de nous quitter... 😢 Avec lui, l'époque du glamour, de l'extravagance tire sa révérence. Ce génie absolu de la mode laisse un gigantesque vide.  Je suis tellement triste... J'ai eu le privilège de le connaître personnellement Adieu Karl 💔 "
Anne Hidalgo, maire de Paris : "J’éprouve énormément de tristesse à l’annonce du décès de @KarlLagerfeld, un immense artiste et un ami d’une sensibilité rare qui a accompagné toute sa vie les femmes dans leur liberté et leur affirmation."

Par fashions-addict.com

Publicité