Defiles

Publié le 04/07/2017
Défilé Paris Haute Couture Hiver 2017 : Dior s'adresse à toutes les femmes
Marque emblématique s'il en est de la Haute Couture parisienne la Maison Christian Dior est plein renouveau depuis la nomination de la créatrice italienne Maria Grazia Chiuri à sa tête. Mais on ne bouscue pas si facilement une telle maison et sand oute il n'y a pas d'intérêt à le faire c'est pourquoi la créatrice se plonge régulièrement dans les archives de la maison et dans son adn initié par Monsieur Dior. Pour cet exercie de la haute couture pour l'automne hiver 2017, Maria Grazia Chiuri, Directrice Artistique des collections femme, s'est inspiré : d’un côté, d'une gravure d’Albert Decaris, datant de 1953 et retrouvée dans les archives Dior, représentant une carte des cinq continents qui raconte la Maison et son expansion dans le monde. De l’autre, cette affirmation lue dans Christian Dior et moi, l’autobiographie du couturier : « Une collection complète doit s’adresser à tous les types de femmes dans tous les pays. »
symbolise, pour Maria Grazia Chiuri, une envie d’ailleurs, le besoin de voyager pour découvrir le monde et se découvrir soi-même, pour ressentir une émotion, grandir et évoluer. Il rappelle son voyage de Rome à Paris ou son exploration de l’héritage Dior. Turbulente comme les premières exploratrices, qui étaient capables de dépasser les frontières géographiques et mentales, elle est attirée par ces héroïnes et leur manière d’utiliser les éléments de la garde-robe masculine en les mélangeant à des pièces ethniques. Ces tissus d’homme transformés, grâce à la sensibilité de la créatrice et aux nouvelles technologies, en surfaces chatoyantes, en clairs-obscurs, s’invitent sur les vestes, les manteaux, les chemisiers, les combinaisons, qui ressemblent à de petits blousons d’aviateur et s’ouvrent en jupes-culottes plissées. 
Le parcours de ce retour aux origines devient, pour Maria Grazia Chiuri, une topographie des émotions : les couleurs, les fleurs ou les jeux de tarot brodés deviennent eux-mêmes comme des atlas sur des capes et des robes de soirée en tulle et en soie, grises poudrées de rose, ou dans les couleurs nocturnes du velours. Cette féerie, renvoyant à une cartographie imaginaire qui invente et renverse notre point de vue, nous rappelle les tableaux de ces intérieurs aux atlas muraux et aux mappemondes : ils nous racontent la puissance de l’errance littéraire au féminin, pétrie d’explorations culturelles et de style.
 

    

Par MJK avec Dior
Publicité