Luxe

Publié le 27/09/2007
La Bûche de Noël revisitée par Karl Lagerfeld
Karl Lagerfeld n’est pas le premier à oser mélanger les domaines de l’art culinaire et de la Haute-Couture. Le Café de la Paix est l’un des prescripteurs dans ce type d'association en proposant ses pâtisseries fashion.
Mais lorsque ce grand couturier s’associe avec un pâtissier de renom pour relooker la bûche de Noël, cela fait sensation.

On sait que lorsque Karl Lagerfeld s’associe à un projet on peut s’attendre aux merveilleux. Lenôtre et Karl Lagerfeld propose tout simplement une relecture toute personnelle de la bûche de Noël. Ce dessert unique associé à notre enfance. Un dessert populaire typiquement français.
Karl Lagerfeld explique : « Cette bûche est d’inspiration franco-allemande. La bûche est un dessert typiquement français ; elle n’existe pas dans les desserts de Noël allemands que j’adore. Par rapport à l’idée d’Europe, je trouvais amusant de réaliser cette alliance, et de mêler cette spécialité française et les saveurs de gâteaux de Noël allemands. »
L’esprit et l’œil du maître… Le palais et la main du chef… Guy Krenzer, de père alsacien et de mère allemande, s’est évidemment enthousiasmé à l’idée de réaliser cette bûche « au goût de cannelle et de pain d’épices » qui lui rappelait si fort les marchés de Noël à Strasbourg. Il a magistralement arrangé la symphonie imaginée par Karl. Découpez le gâteau et regardez. Ce tissage moelleux, d’un beau brun doux, laisse deviner un enchevêtrement virtuose de saveurs. Un biscuit merveilleusement léger – une dacquoise relevée de poudre de pain d’épice, d’amandes et de noisettes- ; une compotée d’orange- douce et acidulée ; de la cannelle, affirmée, mais subtile ; et sur tout cela, du chocolat. Dense, fin, fruité. Du chocolat dessus, abondamment strié ; du chocolat dedans, ou plutôt, des chocolats : Sao Tomé, Saint-Domingue et Tanzanie.
Rien qu’à l’évocation de cette description, les papilles sont en émoi.

Cette année, Lenôtre fête ses cinquante ans et cette bûche Haute-Couture se découvre comme un cadeau d’anniversaire : Karl Lagerfeld lui a dessiné un écrin de lignes très pures, follement élégant. Le paquet mystère que nous rêvons tous d’ouvrir : il est en chocolat… doublé de parois de miroir. Un hommage à la beauté de cette bûche qui porte, sur sa belle robe du soir, un étonnant ornement. Une hache bijou, en sucre coulé et moulé, aussi belle qu’une broche de joaillerie, avec sa transparence de cristal et ses cabochons de couleur.
Karl l’estimait indispensable à cette composition franco-allemande: « Une bûche a besoin d’être fendue ; j’y ai ajouté une hache. Mais la hache de guerre est bel et bien enterrée et définitivement enfouie dans le chocolat. »

Cette année encore plus que les autres, on a hâte d’être à Noël. Il faudra être patient …. Et pourquoi ne pas faire de cette bûche une idée cadeau, ce n’est pas tous les jours que l’on peut s’offrir une ‘création’ signée Karl Lagerfeld.
Publicité