Le diable dans la maison Victoria's secret ?

News | Publié le 16/08/2019 15:39:19
Si l'on remonte quelques mois en arrière la marque de lingerie Victoria's Secret était de celles qui comptent dans le monde de la mode. Aujourd'hui la situation est tout autre et Victoria's Secret est plongée dans une tourmente inédite pour elle dont on ne connait ni l'issue ni les conséquences à court et long terme.

 

| Photo en haut : Collection lingerie Victoria's Secret automne hiver 2019 |

Une avalanche de scandales

Les nouvelles se bousculent et ne sont pas très bonnes pour la célèbre marque de lingerie américaine connue dans le monde entier pour ses produits de luxe glamour et sexy et surtout pour son show annuel avec les plus grands mannequins et artistes du moment. Fondée à San Francisco en 1977 par Roy Raymond et sa femme la marque se proposait d’imaginer une autre féminité. Avec son esthétisme bien à elle Victoria's Secret a su rapidement se créer une identité. Depuis cette période elle enchaîne les succès devenant une marque iconique jusqu'à cette année 2019 qui pourrait être la pire de son histoire voir même sonner le glas d'une success story à l'américaine. Mais que se passe-t-il ? Le diable serait-il entré chez Victoria's Secret ?
Tout commence fin 2018 lorsque Ed Razek, directeur du marketing de Creative Services of Limited Brands (propriétaire de Victoria's Secret depuis 1982), choque le monde entier avec des propos transphobes et grossophobes dans un entretien pour Vogue US. " .... Ne devriez-vous pas montrer des personnes transsexuelles dans votre défilé ?' Non. Non, je ne pense pas que nous devrions faire ça. Pourquoi ? Parce que notre défilé est un fantasme. C’est un divertissement exceptionnel de 42 minutes. Voilà ce que c’est." Malgré des excuses le mal est fait. Kendall Jenner est parmi les plus choqués et publie alors des messages de soutien aux communautés LGBTQI+. Probablement pour éteindre ce feu la marque américaine a annoncée début août que Valentina Sampaio devenait la première mannequin transgenre de Victoria's Secret. A cette même période Ed Razek disparait de l'organigramme de l'entreprise. Retraite anticipée. Par ailleurs la féminité que propose la marque ne semble plus en phase avec notre époque et les préoccupations des femmes d'aujourd'hui. Depuis plusieurs mois nombreux mannequins de renoms quittent le navire et dénoncent des conditions de travail compliquées. Dès 2006 Gisèle Bundchen renonçait, depuis Doutzen Kroes, Alessandra Ambrosio, Adriana Lima ont emboîtées le pas. Toutes furent des "Anges" emblématiques.
On vous recommande également ces articles :
Louis Vuitton dévoile cet été une édition collector du City Guide Arles
Rétrospective Pierre Cardin au Brooklyn Museum de New York
Le chef pâtissier Cédric Grolet nouvel ambassadeur Piaget

Et ce n'est pas tout puisque l'été a été très chaud pour la marque. En effet l'arrestation puis la disparition du financier Jeffery Epstein arrêté pour trafic sexuel de mineurs en Floride et dans l’État de New York, a un écho chez Victoria's Secret. En effet Jeffery Epstein était très proche de la marque de lingerie pendant près de 15 ans. Il a été le conseiller financier de Leslie Wexner, le patron de Limited Brands. Dès fin juillet le New-York Times révélait que durant cette période Jeffery Epstein se faisait parfois passer pour un recruteur de mannequins pour Victoria’s Secret dans le but d'obtenir des rapports sexuels avec ces jeunes filles. On apprend ainsi que Epstein a assisté plusieurs fois au show Victoria’s Secret, invitant certains mannequins sur son île privée. On comprend facilement comment était organisé ce trafic sexuel.
En réaction le monde de la mode se mobilise et plus particulièrement les mannequins américains de l'association Model Alliance (organisation à but non lucratif fondée en février 2012 par le modèle Sara Ziff pour soutenir les modèles et organiser leur métier) qui publie une lettre ouverte à destination de John Mehas, actuel PDG de Victoria's Secret . Parmi les signataires on retrouve Doutzen Kroes, Christy Turlington et Milla Jovovich, qui ont participées à al rédaction de cette lettre : « Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous faire part de nos inquiétudes concernant la sécurité et le bien-être des mannequins et jeunes femmes qui souhaitent devenir mannequins pour Victoria’s Secret. Au cours des dernières semaines, nous avons entendu plusieurs déclarations d’agressions sexuelles, de viols présumés et de trafic sexuel de mannequins et models en devenir » ... « Nous appelons Victoria’s Secret à prendre des mesures concrètes pour protéger ses talents et ceux qui aspirent à travailler avec la société. » La lettre est marquée d'un énorme #time4RESPECT, tout est dit.
Une situation qui ne va pas aider la marque a conservé son leadership d'autant plus que la situation économique de l'entreprise n'est pas au beau fixe. D'autant plus que la top model Shanina Shaik a révélé dans une interview du 30 juillet 2019 au Daily Telegraph que le célèbre Fashion Show n'aura pas lieu cette année, Si l'information n'a pas été confirmée par la marque il s'avère que Victoria's Secret envisage en effet une autre façon de communiquer. Il est peut-être en effet temps pour la marque d'être en phase avec son époque et de changer les diktats de la mode. Rappelons qu'en début d'année la marque a ouvert sa première boutique parisienne au Forum Des Halles pour la plus grande joie des nombreux fans de la marque. Espérons que la marque profitera de cette situation complexe pour initier un nouveau départ.
 
Par fashions-addict.com
Publicité