Le port du masque réinvente notre routine beauté

News | Publié le 31/08/2020 08:27:01
Depuis le déconfinement, le masque chirurgical ou en tissu est devenu un accessoire obligatoire de notre quotidien afin de se protéger les uns les autres de la Covid-19. De nombreuses villes comme Toulouse, Paris, Marseille et bien d'autres viennent également d’annoncer le port obligatoire du masque dans toutes les rues face à un nombre de cas déclarés qui remonte. Une situation qui vient modifier nos habitudes de consommateurs et par conséquence le paysage du marché de la beauté. Alors comment on adapte notre maquillage ?

Des conséquences sur le marché du maquillage. Vers une nouvelle routine !

Entendu : « j’ai oublié de mettre mon rouge à lèvres en partant ». « De toutes les façons on ne le verrai pas sous ton masque ». L’épidémie a accéléré l’apparition de nouvelles tendances et routines make-up. Exit le rouge à lèvres qui bave sous notre masque et ne se voit plus (même les sans transfert ne sont parfois pas infaillibles), les ventes de mascara s’envolent. Ce n’est pas une surprise de voir le paysage de la beauté changer depuis le confinement. Les ventes de maquillage ont diminué au profit du soin de la peau et des cheveux. Le rouge à lèvres est mis de côté quand le mascara a la côte. La division parfums et cosmétiques de LVMH a vu une variation de ses ventes de -29% entre le 1 er semestre 2019 et le 1 er semestre 2020. Si en temps de crise on observe l’effet « rouge à lèvres » (un terme inventé par Léonard Lauder, PDG d’Estée Lauder), il semblerait que cette épidémie fasse exception. Le marché du luxe a été touché, mais les ventes de rouge à lèvres n’ont pas augmenté en parallèle, bien qu’en vogue en début d’année. Au contraire, ils ont considérablement reculé. Si l’on pense que la demande est en cause, l’offre aussi n’a pu être à la hauteur avec une fermeture de millions de points de vente. Une étude ifop* sur l’impact du coronavirus sur les habitudes de maquillage des françaises révèle qu’elles se maquillent moins qu’avant le confinement (46%). Cela concerne surtout les moins de 30 ans qui s’orientent vers une beauté plus naturelle, du no make-up. On cherche à améliorer l’aspect de notre peau et à en prendre soin. Dans une autre étude réalisée pour le Label Slow cosmétique, on découvre que « 63% ont arrêté ou allégé le maquillage de leurs lèvres »**. Il ne faut pas oublier que beaucoup de personnes sont en télétravail, et elles en profitent alors pour revenir à un no make-up.
Le confinement fut également l’occasion pour beaucoup d’entre nous d’entamer des programmes de soins pour nettoyer notre peau en profondeur. Mathilde Lion, expert beauté Europe chez NPD Group note que l’épidémie a accéléré de nouveaux phénomènes déjà émergeant avant la crise comme le retour des routines soin aux dépens du maquillage.***

En reprenant les bases, l’hydratation et la protection de notre peau prennent toute leur importance. Beaucoup on vu apparaître des petits problèmes cutanés avec le frottement du masque. Vous voyez de quoi nous vous parlons ? Ces petits boutons qui surgissent sur notre menton depuis quelques mois. Il s’agit alors ici d’adopter une routine de soin adaptée afin de limiter l’agression de la peau. Le dermatologue Joshua Zeichner recommande de se laver le visage avec un nettoyant moussant avant et après le port du masque, puis un hydratant léger pour construire une barrière de protection. En le portant, on respire dans un environnement confiné qui créé une chaleur. Cela accentue alors les problèmes d’imperfections. Si l’on ajoute du fond de teint pour camoufler, notre peau va d’autant plus produire de sébum qui viendra boucher nos pores. On le met alors de coté pour, à la rigueur, lui préférer une poudre plus légère. Vous risqueriez également de vous retrouver avec un masque orange… alors on laisse Halloween de côté pour le moment et on laisse respirer notre peau ! Autre nouvel essentiel de notre vanity, le maquillage waterproof et sans transfert qui résistera à la sueur et à la buée due au masque. Le scénario film de mort vivant avec le mascara qui coule et le masque, très peu pour nous. Les nouveaux liners et crayons Aquaresist de Make Up For Ever nous offrent par exemple un pantone de couleurs vives et intenses pour des yeux qui captivent, tout en résistant à la transpiration. Mesdames, c’est le moment de sortir votre regard le plus envoutant. On allonge l’œil avec un trait de liner au ras des cils. On réveille notre regard avec un crayon bien choisi. Ou on mise sur le naturel avec un simple coup de mascara qui agrandit notre regard.
Le masque fait aujourd’hui partie de notre quotidien dans la rue, dans les transports, au travail. L’occasion de réinventer notre beauté et faire preuve d’imagination. Dans une optique de sensibilisation et d’engagement, de nombreuses célébrités ont joué le jeu du challenge #WearADamnMask rapidement devenu viral sur les réseaux sociaux. La marque d’accessoires de nuit Discover Night s’est associée à 6 makeup artists influents pour proposer un maquillage des yeux allant avec chacun de leur masque en soie. 10 000 masques chirurgicaux sont offerts au personnel de la santé au nom de chaque artiste. Erin Parsons (Maybelline), Rachel Goodwin, Jenn Streicher, Allan face, Uzo (NARS) ou encore Carola Gonzalez y ont participé. C’est l’heure de sortir votre regard le plus envoutant. De quoi vous inspirer pour un look bleu nuit intense, arc-en-ciel, gris métallique, ou plus nude.
Alors sortez masqués et faites preuve d’imagination. L’occasion de prendre soin de notre peau ou d’apprendre à mettre en avant de nouveaux atouts, notre regard.

Infos pratiques :
(*) « Étude Ifop pour le label Slow cosmétique réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 9 au 12 juin 2020 auprès d’un échantillon de 3 018 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine, dont 1 603 femmes. »
(**) Enquête ifop pour le Label slow cosmétique : A découvir

 

Par C.D
Publicité