Le potentiel "instagrammable" d'une destination intervient dans le choix des vacances

News
Publié le 10/04/2019
Bien difficile aujourd'hui d'échapper aux réseaux sociaux dans notre quotidien. Ils sont devenus incontournables. Dans certains cas ils agissent même sur nos comportements. Une enquête menée par One Poll pour le site eDreams démontre que la dimension « instagrammable » d’une destination est prise en compte dans la réservation des voyageurs pour 42% des Français.

De belles photos retouchées pour les réseaux

Vous ne vous l'avouez peut-être pas mais quand vous recherchez une réservation pour vos vacances vous avez très certainement tendance à regarder la couverture réseaau de la localité sans oublier de vérifier si le wi-fi est disponible facilement dans votre hôtel ou location. C'est une évidence même en vacances on veut un bon accès à internet. Chacun à ses raisons (ou excuses) mais il est certain que l'on est nombreux à souhaiter réseauter pendant nos vacances. Mais ce que l'on sait moins c'est que la dimension "instagrammable" d'une destination intervient de plus en plus dans le choix de nos destinations de villégiatures.

En effet la dimension « instagrammable » d’une destination est prise en compte dans la réservation des voyageurs pour 42% des Français. Une tendance disparate d’une nationalité à l’autre : plus de 1 américain sur 2 réserve son séjour en fonction de son potentiel “instagrammable” (52%). Ce sont les espagnols (55%) et les italiens (58%) qui tiennent la tête du classement. Une tendance plus représentée au sein des millenials Français (25-34 ans) pour plus de la moitié d’entre eux ! (59%). Que ce soit le potentiel « viral » d’une photo, la retouche, où le poids des influenceurs dans le choix d’une destination : l’impact des réseaux sociaux est prédominant chez les 15-34 ans. Cette génération qui a grandit avec les réseaux sociaux est bien plus receptive à leur rôle.
Si autrefois on prenait des photos de vacances pour en garder une trace ou un souvenir aujourd'hui on capture ses vacances pour immortaliser ces moments dans le temps, mais aussi pour les partager avec son réseau. Des clichés parfois spontanés dont le rendu n’est pas toujours à la hauteur des espérances : un détail qui a son importance ! Les voyageurs américains sont les plus accros aux retouches : 51% d’entre eux qui admettent y avoir recours. En seconde position : près de la moitié des voyageurs français (49%) retouchent leurs photos ou les subliment d’un filtre. Une technique devenue beaucoup plus accessible avec Instagram, où le recours au filtre est devenu presque un « art de vivre » avec des noms de destinations qui font voyager (Paris, Oslo, Jakarta, New York, etc.). Fait surprenant : cette tendance de la retouche touche davantage les hommes (52%) que les femmes (46%) . Enfin, chez les millenials, le recours au filtre est encore plus répandu (pour 63% des 25-34 ans).

Pour certains, profiter de ses vacances c’est en faire profiter les autres : 36% des voyageurs, estiment que partager son séjour sur ses réseaux sociaux reflète le besoin de simplement partager son enthousiasme. Mais cynisme et mépris sont également de mise : 35% des voyageurs pensent que se sont juste des personnes qui veulent en mettre « plein la vue ». Enfin, 34% des sondés pensent que ces voyageurs à la publication « compulsive » le font au détriment de leurs vacances, et qu’ils ne profitent pas réellement de leur expérience sur place. Fait surprenant : cet avis cynique est davantage exacerbé chez les hommes (73%), eux-mêmes qui ont tendance à retoucher davantage leurs photos que les femmes. Là où les femmes partagent cette opinion négative qu’à hauteur de 65%, ce qui reste tout de même une tendance forte.
Paradoxalement, ce sont aussi les millenials (25-34 ans) qui sont le plus dans le jugement et la critique quant à l’utilisation importante des réseaux sociaux en vacances, alors même que c’est cette tranche d’âge qui y a davantage recours. Ils sont 42% à trouver que ces voyageurs ne cherchent qu’à en mettre plein la vue et 41% à penser que ce type d’attitude empêche de profiter pleinement de ses vacances. Alors vous quel vacancier êtes-vous ? Allez-vous choisir votre prochaine destination en fonction de son potentiel pour les réseaux sociaux ? 

Méthodologie:  Sondage de 8 000 adultes incluant 2000 américains, 1 000 anglais, français, allemands,, espagnols, italiens et portugais par One Poll pour eDreams ODIGEO.

Par fashions-addict.com
Publicité