Déco

Publié le 15/02/2010
Le salon Maison & Objet annonce l’ère de la cohabitation
Après une année 2009 assombrie pas la crise économique mondiale, les chiffres de féquentation du salon laissent envisager un retour à la normale voir même positif. En proposant depuis toujours une sélection pointue de designers, le salon Maison&Objet, on le voit encore cette année, a encore de beaux jours devant lui. Plus 85 000 professionnels du monde entier sont venus exposer leurs nouveautés et près de 49 000 visiteurs, acheteurs etc ont fait le déplacement.

Pour cette 16ème édition, l’Observatoire de Maison & Objet a souhaité développer le thème de la cohabitation à travers un parcours d’influences. Nous faire prendre conscience qu’un jour il faudra bien apprendre à vivre à ensemble, tel est l’enjeu des siècles à venir... Après le temps du chacun pour soi, on souhaite dorénavant fédérer les énergies sous le mode du partage, réconciler les différences, découvrir un mieux-être plus « humain » !

Une initiation en trois temps (Les Transcultures, La Coopérative et Hybrid) comme un voyage...
Au départ, ce parcours nous amène à nous pencher sur le phénomène des Transcultures : « La culture des uns enrichit les pratiques des autres pour donner naissance à l’esthétique transculturelle des objets-monde ». C’est en faite le partage des différences qui enrichit la création... pour mieux appréhender l’Identité de l’Ailleurs...
Pour Elizabeth Leriche, il s’agit d’un mélange des cultures et de savoir faires, un design multiculturel en émergeance. Perceptible avec le travail par exemple effectué par Tord Boontje avec des artisans sénégalais. Le design est certe européen mais les formes s’inspirents de la culture africaine comme les textiles. Il en va de même avec la chaise de Konstantin Grcic qui utilise le savoir-faire de maîtres artisans du bambou et l’enrichit de son expérience...

L’initiation se poursuit avec une autre source d’inspiration celle de la Coopérative, exposition confiée à Vincent Grégoire pour NellyRodi. Il s’agit ici de mettre en évidence des micro-pratiques sociétales qui renoncent au repli sur soi et qui privilégient les attitudes de solidarité et d’entraide. Les modes coopératifs, associatifs ou participatifs remettent l’humain au cœur du système. On empile, on emboîte, on construit un style frais et optimiste au fil de géométries variables. On mutualise les énergies pour fabriquer demain… Un futur plus harmonieux et plus sain. Selon Vincent Grégoire : " Aujourd’hui et plus encore avec la crise, nous sommes obligés de vivre ensemble, les générations cohabitent, les jeunes adultes vivent en colocation, les couples divorcés qui n’ont pas les moyens de se séparer doivent se supporter… Nous sommes en train de passer du « moi je » des années 2000, au « moi nous ». Résultat : on module, on empile, on emboîte pour conserver un espace personnel au milieu des autres et l’on fait des concessions ! Electrolux propose un réfrigérateur idéal pour une vie communautaire, il possède quatre tiroirs, à chacun le sien."

Enfin, pour terminer ce parcours initiatique l’approche Hybrid proposée par François Bernard nous installe au coeur de la nature. La nature, invitée dans notre quotidien et efface les limites entre le dehors et le dedans.
Association entre l’urbain, le naturel et le technologique... A l’heure de l’urbanisation extensive de la planète, la ville et la nature se réconcilient ici pour adoucir les moeurs citadines.

Les Transcultures, La Coopérative et l’Hybrid, trois figures mutuellement liées qui nous amènent vers une tendance majeure, celle de l’ère de la Cohabitation, qui engendre de nouvelles catégories d’objets insolites et bienveillants au service du bien-vivre chez soi mais ensemble !

En marge de ces 3 déclinaisons, Fashions-Addict est parti aussi à la rencontre du Lauréat des Jeunes Designers, Olivier Dollé, 29 ans. Après une formation en ébénisterie à l’école Boulle, ce créateur de mobilier présente cette année au salon Maison&Objet un fauteuil pour lequel il se voit décerner le prix du meilleur jeune designer. « Mon idée , nous confie t-il, c’est d’élaborer une ligne de meubles qui sort du schéma traditionnel en redynamisant le savoir-faire propre à ce métier ».

Olivier réalise des meubles qui se veulent être plus accessibles esthétiquement, plus adaptés aux nouveaux intérieurs d’aujourd’hui, tout en utilisant des matériaux nobles (tissus naturels, essence de bois rares...). Des réalisations créées en essayant de respecter des méthodes et produits non-nocifs pour la nature.

Par Rachel Bornais
Publicité