Les troubles sexuels masculin en hausse en France

BeauteSante | Publié le 10/10/2019 16:30:48
Sur le front des troubles sexuels de l'homme les nouvelles ne sont pas bonnes en France. En effet une enquête Ifop commandée par Charles.co, une plateforme de santé, dévoile une augmentation des problèmes d’éjaculation précoce. Un vrai frein à la vie de couple et une vraie cause de rupture.

Une vraie préoccupation

Cette enquête commandée par Charles.co et menée par le pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l’Ifop démontre que l'éjaculation précoce est non seulement très fréquente mais qu’elle constitue plus que jamais une cause de rupture largement sous-estimée par les hommes. Réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population masculine âgés de 18 ans et plus, cette enquête s’avère riche en enseignements. On constate ainsi que 80% des hommes interrogés admettent n’être déjà pas parvenus à se retenir de jouir avant leur partenaire. 71% des hommes sexuellement actifs reconnaissent avoir éjaculé trop rapidement lors d’un coït au cours des douze derniers mois. Près d’un tiers des hommes (31%) reconnaissent avoir éjaculé avant même de pénétrer leur partenaire et ils sont une majorité (59%) à admettre avoir déjà éjaculé au moment de la pénétration ou peu après. Logiquement pour beaucoup cette situation est une vraie source de préoccupation.
On vous recommande également ces sujets :
Nous avons testé le Cica-Filler des laboratoires Lierac
L'épilation définitive pour toutes les peaux
On a testé Le Cercle Delacre, le centre de soins réservé aux hommes

La quasi-totalité des hommes (90%) aspirent à des rapports sexuels plus longs, et ceci alors même qu’ils ont déjà tendance à surévaluer leur durée (26 min, contre 22 min aux dires des femmes). Près de deux hommes sur trois (63%) qui ont des soucis d'éjaculations précoces admettent que cette situation est préoccupante. On constate dans les réponses qu’un tiers des hommes ont déjà parlé de leurs problèmes d’éjaculation précoce à leur partenaire (36%) et mais seulement 16% ont consulté un professionnel de santé. 30% des femmes ayant déjà eu une relation avec un éjaculateur précoce déclarent avoir mis fin à une relation pour cette raison, alors que seuls 15% des hommes ayant eu ce type de problèmes estiment qu’une de leur partenaire a déjà rompu avec eux à cause de cela. Néanmoins, pour 9 Français sur 10 âgés de 18 à 24 ans, l’éjaculation précoce n’a pas joué de rôle important et majeur dans une rupture.
Devant ce phénomène les hommes en recherchent de solution. 45% admettent ainsi avoir déjà pratiqué la masturbation préventive avant un rendez-vous. Un homme sur dix (11%) a déjà utilisé un médicament ou un produit retardateur, soit la même proportion d’hommes qui ont déjà pris de la drogue pour se retenir de jouir d’un rapport sexuel (10%). Certaines "techniques" sont plus ou moins utilisées comme la technique de Stop-Start de Semans (66%)., le ralentissement des vas-et-viens (82%). Un homme sur deux (52%) a déjà pensé à des choses susceptibles de calmer son excitation pour éviter de jouir. Quoiqu'il en soit il faut prendre conscience de ce problème et savoir que vous n'êtes pas seul est déjà une bonne chose. Des professionnels sont aussi là pour vous accompagner.

 

L’enquête a été menée par l’Ifop auprès d’un échantillon de 1 957 personnes, représentatif de la population française masculine âgée de 18 ans et plus, par questionnaire auto-administré en ligne du 19 au 24 Avril 2019.

 


Par fashions-addict.com
Publicité