Paris, Paris, révèle moi tes jardins secrets …

VoyagesEtLoisirs | Publié le 06/08/2020 08:25:49
« Tant de poètes ont écrit Des couplets des refrains Sur Paris Que je ne ;sais plus quoi chanter Pour vanter ta beauté » chantait Yves Montand dans La Ballade De Paris. Paris et ses monuments d’une beauté incroyable, ses rues historiques, ses parisiens souvent pressés, son rythme à 100 à l’heure… Mais Paris c’est aussi tout ces petits endroits secrets qui nous donnent l’impression d’être dans un autre monde loin de cette effervescence, et qui nous laissent interdits face à cette beauté le temps d’un instant. On vous dévoile 5 petits jardins intimistes et à l’accès gratuits.

Le jardin du Petit Palais

L’Avenue Wiston Churchill, cette grande rue direction les Invalides à la sortie du métro Champs-Elysée qui dévoile à sa droite le Grand Palais imposant et à sa gauche le Petit Palais. Ce dernier né de l’Exposition Universelle de 1900 des mains de l’architecte Charles Girault, est construit en quatre bâtiments autour d’un petit jardin magique. L’architecture de ce monument est très hétéroclite : entre pierre, marbre, béton ou brique, peintures, mosaïques ou ferronnerie... Lorsque l’on entre dans l’entrée majestueuse du Petit Palais, on aperçoit derrière une verrière, comme une forêt enchantée qui nous alpague. Dès les premiers pas dans ce petit patio verdoyant bordé d’un péristyle semi-circulaire, on se laisse transporter loin de l’effervescence parisienne. En automne un rayon de lumière vient chatouiller les façades de ce joyau architectural et caresser l’eau des trois petits bassins tout en courbes revêtus de mosaïques dans les tons bleutés. En été, on s’assoit volontiers au milieu des cerisiers majestueux en fleurs avec un livre autour d’un café servi par le café-restaurant à l’inspiration moderne et design. Entre palmiers, yuccas, cerisiers et bananiers, la nature est luxuriante. On se promène autour de ce jardin exotique en admirant les fresques des voûtes réalisées par Paul Baudoüin, élève de Pierre Puvis de Chavannes, remettant à l’honneur la peinture à fresque. Y sont représentés les mois alternants avec les heures, ainsi que les allégories des saisons. Le verdict est sans appel. On reste interdit face à une telle beauté. On s’émerveille.

Jardin du Petit Palais

Infos pratiques :
Le Petit Palais, Muse des Beaux-Arts de la Ville de Paris
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h

 

Le Parc Monceau

Au croisement des boulevards Courcelles, Malesherbes et Haussmann, au cœur de l’effervescence du trafic parisien, en bordure des hôtels luxueux, la majestueuse porte en fer forgé habillée d’or marque notre entrée dans une bulle paisible de 8,2 hectares. Bienvenue au parc Monceau ! Notre parcours nous réserve des surprises : une arcade de la Renaissance et relique de l’Hôtel de Paris incendié en 1871, des statues en marbre d’écrivains et musiciens, une colonnade corinthienne d’une église de Saint-Denis détruite en 1719. La faune et la flore sont étonnantes. Un joli carrousel illumine le parc quand tout autour de nous, on peut apercevoir des personnes s’adonnant au tai-chi et au yoga. La douce lumière traverse les colonnes haussmanniennes et caresse l’eau des bassins. Chaque recoin du parc abrite un trésor. A l’entrée rue de Courcelles, la Rotonde est un vestige du Mur des Fermiers Généraux entourant Paris et marquant le passage du paiement de l’impôt sur les boissons et marchandises. Une lanterne japonaise symbolise l’amitié entre Paris et Tokyo depuis 1982. On s’y promène comme dans un musée géant verdoyant.
Petite anecdote, c’est ici qu’eut lieu le premier saut en parachute (sans s’écraser, félicitations !) par le parisien André-Jacques Garnerin en 1797.

Le Parc Monceau

Infos pratiques :
Parc Monceau
35 Boulevard de Courcelles, Paris 8 e
Ouvert tous les jours de 7h à 22h en été / 7h à 21h en Septembre / 7h-20h en hiver

Le café du Musée de la Vie Romantique

Une pause romantique dans le 9 e arrondissement de Paris ? Faites une pause au café du Musée de la Vie Romantique. Sur le côté droit du Musée aux volets verts, le jardin ombragé par les arbres et les arbustes et au caractère bucolique nous offre un moment de calme pour un petit thé. Les rosiers habillent ce petit écrin. On peut également prendre notre chocolat chaud (de chez Angelina, s’il vous plait) sous la verrière du café, à l’abris de la brise en automne ou en hiver. Le Musée a pris place dans l’ancien Hôtel particulier d’Ary Scheffer, peintre et sous la protection de Louis-Philippe. Ce lieu singulier a vu défiler Georges Sand, Chopin, Dickens… C’est l’antre des artistes. Et on s’y offre une pause dans le temps.

Le café du Musée de la Vie Romantique

Infos pratiques :
Musée de la Vie Romantique,
16 rue Chaptal, Paris 9 e
Ouvert de 11h30 à 17h30, du mardi au dimanche

Le jardin de la clinique Saint-Jean de Dieu

On s’aventure en silence et discrètement dans ce petit jardin de la clinique chirurgicale Oudinot-Foundation Saint Jean de Dieu au cœur du 7 e arrondissement. Véritable petit havre de paix, on y entend les oiseaux chanter. Au printemps, les rosiers ornant les allées bourgeonnent. Ensoleillé et paisible, on y trouve entre autre un puits en pierre au bout de l’aller principale, une petite chapelle, une serre, des arbustes au milieu de grands arbres ombrageant ou encore un bassin d’eau. Des chaises et des bancs disposés dans ce jardin nous accueillent pour une pause repos ou lecture (peut-être les Fables De La Fontaine en hommage à son ancienne habitante). Avant d’être une institution de chirurgie de renom, cet endroit abritait l’hôtel particulier et ancienne propriété de Mme de La Sablière. Cette dernière prenait plaisir à écouter Jean De La Fontaine conter ses fables près du puits. Un lieu emprunt d’histoire, de poésie, et une véritable parenthèse enchantée dans le tumulte parisien.

Le jardin de la clinique Saint-Jean de Dieu

Infos pratiques :
Clinique Oudinot - Fondation Saint Jean de Dieu
2 rue Rousselet, Paris 7
 

Le square Saint-Gilles-Grand-Veneur-Pauline-Roland

Sans aucun doute le jardin le plus caché de Paris. Lorsque l’on s’aventure dans les rues du marais et que l’on s ‘éloigne de la Place des Vosges, on arrive dans la rue Hesse plus paisible. Invisible depuis la rue, ce square est un véritable havre de paix encore trop peu connu. Un secret que l’on souhaiterait garder pour nous. Passez sous le porche au bout de la rue Hesse, vous découvrirez un petit bijou de verdure décoré de roses grimpantes, d’alignements d’érables, de treillages et bancs de pierre romantiques. Bienvenue dans le plus petit square du 3 e arrondissement de Paris. Le charme de la façade de l’Hôtel particulier du Grand-Veneur apporte encore plus de cachet à ce bijou de verdure. On se pose au soleil au milieu de la pelouse, sur un banc en duo ou en groupe, pour lire, profiter ensemble du moment. L’odeur des nombreuses roses vient nous caresser. Et on peut entendre quelques visiteurs assis sur un banc s’extasier face à tant de tranquillité. Le jardin est un hommage depuis 1988 à l’ancienne institutrice et militante féministe et socialiste Pauline Roland (1805-1852), proche de Georges Sand.

Le square Saint-Gilles-Grand-Veneur-Pauline-Roland

Infos pratiques :
Square Saint-Gilles-Grand Veneur, Paris 3 e
Accès par la rue de Hesse ou la rue des Arquebusiers
 

 

Par C.D
Publicité