Regard sur un Classique : la Veste Chanel

Mode | Publié le 13/12/2010 14:44:45
Comme nous l'avons fait par le passé pour des pièces emblématiques du vestaire féminin ou pour des créations icôniques de marques, nous vous proposons aujourd'hui de faire un peu plus connaissance avec la célèbre veste Chanel, que toute amatrice de Mode rêve un jour de porter. Il faut dire que cette veste n'est pas et ne sera jamais commune. Cette veste habille LA femme ! Avant tout un peu d'histoire. C'est dans les années 50 que Gabrielle Chanel réinvente le style des femmes avec des vêtements moins contraignant laissant place aux mouvements. Elle impose à la société de l'époque un vêtement à l’élégance désinvolte, connoté masculin-féminin. Un tailleur pensé pour les femmes libres et actives, pour le jour comme pour le soir à la foisconfortable et fonctionnel. La veste du tailleur Chanel s'impose comme l'étendard de cette nouvelle liberté.

Car au-delà du tailleur Chanel, c'est l’indémodable veste de tweed qui fait sensation. Une veste qui ne ressemble à nulle autre : droite, structurée, fermée bord à bord, sans col. Alors que le tweed s’impose comme matière emblématique, Mademoiselle Chanel met au point des astuces de technique qui vont faire de la veste une seconde peau, un vêtement unique. Elle dessine le style de la femme moderne et élégante.
Gabrielle Chanel bannit les entoilages et les épaulettes qui, selon elle, raidissent le vêtement. Pour gagner de la souplesse en gardant le maintien, le devant de la veste est monté dans le droit fil, sans pinces poitrine. Même principe avec le dos, simplement séparé par une couture au milieu.

Sur les côtés, et dans le but d’apporter encore plus de souplesse, un empiècement vertical fait la jonction entre le devant et le dos. La manche coupée elle aussi dans le droit fil, se monte haut sur l’épaule pour assurer un maximum d’aisance. Légèrement coudée de façon ergonomique, elle participe encore à l’objectif prioritaire de confort, tout comme le lé qui s’intègre à l’intérieur de la manche. Une doublure, en jersey ou crêpe de soie, coordonnée au tissu, répond aux mêmes exigences. Autant de lés de doublure que de lés de tweed, intérieur des manches compris, juxtaposés de la même façon. Tweed et doublure sont surpiqués intimement de façon quasi invisible. Les deux épaisseurs bougent alors ensemble et répondent, une fois de plus, à cette perpétuelle quête d’aisance. Le patron de la veste est finalement ultra-simple c'est dans les détails et les innovations de l'époque que cette veste est remarquable.
Pour donner un parfait tombé, une chaîne en laiton est apposée au bas de la veste. Le retour de la doublure vient la cacher. Et parce que tout élément se doit de remplir une fonction, les poches sont placées pour y mettre les mains, geste à l’époque plutôt masculin. Même objectif pour les boutonnières chargées de boutonner, et d’être déboutonnées pour l’aisance. La ganse souligne les contours de la veste, le bord des poches, le bas des manches. A partir de là elle sera déclinée en infinies variations. Les boutons se font bijoux, en galalithe, en métal doré, ponctués d’une tête de lion (signe astrologique de Mademoiselle Chanel), de blé, d’un camélia, ou, à partir de 1959, siglés d’un double C.

Aujourd'hui Karl Lagerfeld a donné une nouvelle vie à la veste avec une juste dose d’impertinence et d’humour en respectant toujours les principes de construction et le savoir-faire des ateliers Chanel. Il ne cesse de la réinterpréter.
Ainsi, en 1985, il la décale, l’associant à un jean et à une marinière rayée sport. En été 1992, il lui offre un tissu "pauvre", le tissu éponge. En hiver 1994, il la détourne en fausse fourrure, laissant la ganse apparente. Il l’inscrit dans son époque en la taillant plus près du corps, manches fines et carrure étroite. Il s’amuse encore de ganses en chaines libres, en perles, ou en scoubidou. Le défilé Haute Couture Printemps Eté 2008 glorifie la veste culte. Elle a trôné, monumentale sculpture de 20 mètres de haut, au centre du podium, servant de décor à ses variations portées par les mannequins.
Karl Lagerfeld à propos de cette veste aime à dire " ... C’est un des symboles qui définit le style de Chanel. Il y a des choses qui ne passent jamais de mode dans la mode, le jean, une chemise blanche et une veste Chanel".
Cette veste aura accompagnée des générations, en 1974, Simone Veil défend la loi légalisant l'avortement en portant une veste Chanel, tout un symbole. Aujourd'hui encore de nombreuses stars et personnalités comme Cameron Diaz, Gwyneth Paltrow, Keira Knightley portent cette veste indémodable et qui se joue de tous les looks. Elle symbolise un certain chic que certains trouveront désuet, ce chic est pourtant synonyme d'une séduction extrême, un sens d'un certain esthétisme !

Dans la même collection :
- Regard sur un classique : le maillot de bain
- Regard sur un Classique : le Trench
- Regard sur un Classique : la marinière
- Regard sur un classique : le jean - Regard sur un classique : le sac pliage

Par Marie Joe Kenfack

Publicité