Culture

Publié le 26/09/2007
Rencontre avec Anne Roumanoff
Depuis le 26 juillet, Anne Roumanoff s’est installée « Aux Bouffes Parisiennes », avec son tout nouveau spectacle : « Anne à 20 ans ».
146 représentations sont programmées, suivies d’une tournée dans toute la France, le temps pour elle de faire le bilan de sa carrière et de retrouver son public qui l’attendait avec impatience.
Pour vous, Fashions-Addict a rencontré Anne Roumanoff afin de recueillir ses premières impressions et évoquer avec elle son parcours atypique. Et puis on parlera un peu chiffon, alors Anne , fashion-addict ou pas ?
Fashions-Addict : « Anne à 20 ans », c’est le titre de votre nouveau spectacle. Considérez-vous être née à partir du moment où vous êtes monté sur les planches ?
Anne Roumanoff : Non, pas vraiment. Mais c’est vrai que cela a été un vrai démarrage dans ma vie mais de là à dire que je suis née à ce moment là, non il ne faut pas exagérer.

Fashions-Addict : C’est vrai que l’on dit souvent de vous que vous êtes une « sociologue du quotidien ». La Mode fait parti de notre quotidien. Qu’en pensez-vous en tant qu’humoriste et en tant que femme ?
Anne Roumanoff : En fait pendant très longtemps j’étais complètement imperméable à la mode. Pour moi la mode représentait un certain conformisme, je regardais un peu ce que les gens portaient et essayais de faire pareil. Et puis finalement depuis quelques années je m’y intéresse beaucoup plus et avec plaisir en fait. Je pense que ça fait partie de la féminité et la mode n’est pas quelque chose de superficiel, cela permet de se sentir bien. C’est aussi une forme de communion avec les autres. Après je trouve qu’il ne faut pas tomber dans l’hyperconsommation des marques.
En plus j’ai maintenant une fille qui a 12 ans et qui est complètement ‘fashion addict’. C’est elle qui me donne des conseils, les tendances, je ne sais pas comment elle est au courant que là il faut acheter un jean Cheap Monday ou qu’il faut mettre un jean slim taille haute …..
Je pense que certaines personnes ont le sens de la mode, personnellement je pense que je ne l’ai pas. J’ai aussi des copines qui suivent la mode….
J’ai une amie journaliste également qui m’aide, c’est elle qui a trouvé ma tenue pour l’affiche ainsi que pour le spectacle. Je suis vraiment bien entourée. C’est vrai que pendant un temps, je n’y arrivais pas et je n’aimais pas ça

Fashions-Addict : Maintenant vous avez 40 ans, 20 ans de carrière, plus de 850 000 spectateurs sont venus rires avec vous. Quel regard portez vous sur votre parcours ?
Anne Roumanoff : Je me dis que c’est finalement pas si mal , 20 ans ce n’est pas rien. Je ressens, peut-être pas de la fierté car c’est un bien grand mot, mais le sentiment d’avoir accompli quelque chose c’est certain. Après, tout cela est bien éphémère et on vit dans une société ou tout peut être remis en cause du jour au lendemain. C’est pas parce que vous avez 20 ans de carrière que vous serez encore là dans 20 ans. Il faut se remettre en cause chaque jour et chercher à avancer.
J’ai donc le sentiment d’avoir accompli un beau parcours mais aussi le sentiment d’une certaine inquiétude et vigilence pour l’avenir.

Fashions-Addict : Vous avez fait Science Po, vous le mentionnez dans votre spectacle. Si vous n’aviez pas été humoriste, quel aurait été le métier que vous auriez aimé exercer ?
Anne Roumanoff : J’aurais aimé être journaliste car j’aime bien poser des questions aux gens.

Fashions-Addict : Vous aimez dénicher les nouveaux talents de demain … Pouvez-vous nous parler des « Chéris d’Anne » ? Se sont vos coups de cœur ?
Anne Roumanoff : C’est une émission que j’ai présenté sur Comédie et sur Paris Première dans laquelle je présentais de jeunes humoristes et des gens qui ont pleins de talents comme Sir John, Philippe Urbain, Fabrice Blind . Il y a enormément d’humoristes qui sont formidables et qui ne passent pas forcément à la télé. Je trouvais que cette émission était l’occasion de leur donner les moyens de s’exprimer. Je trouve qu’on demande trop aux humoristes d’être star ou rien. Alors que je pense que l’on peut exister en tant qu’humoriste sans être une énorme star.

Publicité