Société : Dis moi, c’est quoi le gendre idéal pour toi ?

News | Publié le 15/02/2016 15:48:21
Pour moi, le gendre idéal ? Après le premier choc passé, j’ai donc l’âge que l’on me pose cette question, je me suis penchée sur le sujet. Il me semblait pourtant qu’hier encore je m’interrogeais à savoir qui serait le mari idéal.


Ayant zappé cette étape, me voila en quête du gendre idéal. Avec en tête, une erreur à éviter : ne pas chercher le clone de ce que j’aurais voulu comme mari. Après une rapide enquête auprès d’un panel de femmes en âge d’endosser le rôle de belle-mère, toutes me répondent avec des trémolos dans la voix et un sourire béat :” qu’il rende ma fille heureuse”. Certes, c’est un bon point. Donc, elles souhaitent que leur fille rencontre le mari parfait, celui qui petit 1 la rendra heureuse, petit 2 l’épanouira, petit 3 l’aimera avec un grand A… mais est ce compatible avec le rôle de gendre idéal ? Les critères de leur fille sont-ils en adéquation avec les leurs. On se rappelle toutes la pièce de Molière Le Malade imaginaire où Argan aimerait bien que qu’Angélique épouse le médecin Thomas Diafoirus, voici pour lui le gendre rêvé. Finalement, il accepte que sa fille convole avec Cléante… si celui-ci devient médecin. De quoi faire du futur mari idéal, le gendre idéal !

" Qu'il rende ma fille heureuse ... "

En haut : L'ex-footballeur du PSG, David Beckham maintenant ambassadeur de l'enseigne H&M a toutes les qualités du gendre idéal.

 

Aux siècles passés, les mariages arrangés étaient en quelque sorte une chasse au gendre idéal… pour la famille. La mariée n’ayant pas vraiment droit au chapitre. Il ne lui restait que ses rêves pour fantasmer sur les qualités attendues du mari. Au moins les familles et les femmes savaient à quoi s’attendre : un nom ou un titre (pour les aristocrates), une fortune ou une dot, l’amour ne faisait pas toujours partie du package de la corbeille de noces. Intérêt et respect étaient les deux valeurs concernées.

 

 

Le couple Justin Theroux et Jennifer Aniston

C’est pourquoi en 2016, les choses sont un tantinet plus hasardeuses. Yvonne Poncet-Bonissol, psychoclinicienne et présidente de l’Association de défense contre le harcèlement moral, le définissait ainsi lors de l’émission Toute une histoire , diffusée sur France 2 le 13 janvier 2015. “ Le gendre idéal est celui qui plaît à la belle famille et surtout à la belle mère, il est charmant, attentif, travailleur. C’est un bel homme, cultivé et sérieux. Le gendre idéal, c’est aussi le bon père pour les petits enfants. Prévenant avec sa belle mère et sa belle famille. ” Justement derrière cette vitrine parfaitement lisse, d’un homme toujours souriant, toujours prêt à rendre service peut se cacher un monstre… En façade, il revêt toutes les qualités dont on rêve, en arrière plan, c’est moins beau à voir. Ce fameux 13 janvier 2015, des mères venaient témoigner du calvaire qu’avait vécu leur fille avec un homme qu’elles considéraient comme le gendre idéal alors qu’il faisait vivre un enfer au quotidien à leur épouse. Une double douleur pour ces mères qui tombaient des nues : ne pas avoir su déceler les souffrances de leur fille, s’être laissée séduire par un charmeur au visage d’ange qui détruisait à petit feu le mental de leur fille et leur faisait subir des violences conjugales, les pires, celles qui ne laissent pas de traces visibles mais sapent la confiance en soi…

Alors le gendre idéal ? On le veut beau à regarder lors des repas de famille c’est plus agréable , intelligent mais pas pédant avec une pointe d’humour (gentil, l’humour), prévenant et serviable (pour changer les ampoules, déménager une armoire, réparer une fuite d’eau…) , sans problème d’argent et généreux de surcroît (une attention de temps en temps est toujours bienvenue), sans addiction (au jeu, à l’alcool, à la cigarette, aux femmes…), attentionné, toujours de bonne humeur, sportif (mais pas trop, juste de quoi garder la forme)... Finalement, on le garderait bien pour soi, non ? Parce que si en plus, il rend votre fille heureuse et qu’il lui voue un amour sincère et honnête, vous ne seriez pas un peu jalouse ? Pourquoi, vous n’avez pas trouvé vous-même ce spécimen rare pour l’épouser ? Allez, contentez-vous de votre mari, compagnon, conjoint. Depuis le temps, vous y êtes habituée avec ses plus et ses moins. Et réjouissez-vous, un beau mariage se profile à l’horizon ...

 

 

Par D.M
Publicité