C'est Byzance pour la Maison Chanel

Defiles | Publié le 09/12/2010 09:34:58
Depuis 2002, chaque année la Maison Chanel et Karl Lagerfeld rendent hommage au savoir-faire des Métiers d’Art à travers un défilé et une collection annuelle qui leur est dédié. Le parurier Desrues, le plumassier Lemarié, le brodeur Lesage, le bottier Massaro, le modiste Michel, l’orfèvre Goossens et le parurier floral Guillet sont ainsi mis à l'honneur dans une ville qui s’inscrit dans l’histoire de la Marque.
Pour cette neuvième édition, Karl Lagerfeld nous dévoile la collection "Paris Byzance" en résonance avec l’ouverture d’une seconde boutique Chanel à Istanbul, capitale européenne de la culture en 2010.

Un décor de Palais pour le show Chanel

Dans un décor digne d’un Palais Ottoman, Karl Lagerfeld ressuscite les couleurs puissantes et les ors patinés des émaux cloisonnés et des icônes : bleu nuit et bleu minéral, pourpre, violet et vert profonds. Cultivant une ligne épurée en rondeur, fluide et enveloppante, il réinterprète chasubles, tuniques et toges dans un registre contemporain, ultra féminin.
La signature byzantine s’affiche clairement sur tweed brouillé d’or, satin cuir, velours, cachemire, mousseline, dentelle ou tulle. Elle dessine des tablions, des galons ou des broderies. Les boutons se font cabochons précieux et les applications, arabesques ou palmettes dorées. On découvre ainsi toute la richesse d'un travail et d'un savoir-faire exceptionnel.

 

Chanel fashion show

 

Byzance et sa splendeur flamboient sur ceintures et bijoux en carrés de pâte de verre, en métal doré filigrané, en émaux et perles, pour une Impératrice Theodora d’aujourd’hui, envoutante et séductrice. Mademoiselle Chanel avait fait de l’art byzantin son inspiration majeure en lançant la première, dans les années 20, une ligne de bijoux fantaisie.
Les sandales qui complètent ses superbes looks, se font bijoux avec leur talon ceint d’un bracelet "mosaïque". Les cuissardes se ponctuent de pâte de verre richement colorée. Les ballerines enflamment leur bout d’un filigrane doré. Et l’or discret allume encore le poulain et le croco. Les fastes de Byzance réveillent aussi le sac classique ou les minaudières : or sur tweed dévoré, pierres et boutons précieux en incrustations, galons enrichis en applications. Une collection tout simplement exceptionnelle et évènementielle.

 

Chanel fashion show

 

A lire également :
- Au Cœur de la broderie française chez Lesage
- Massaro : bottier d'exception

 

Par Marie Joe Kenfack

 

Publicité