Mode

Publié le 12/01/2009
Regard sur un Classique : le carré Hermès
Rares sont les marques qui peuvent s’enorgueillir de posséder dans leur collection, un objet, une création, un accessoire qui reflète et illustre à lui seul la marque. Les marques s’identifient très souvent à un logo, un motif, une égérie mais plus rarement à un objet qui de par son passé, sa richesse s’identifie au nom d’une marque.

Le carré Hermès fait parti de ces rares objets. Plus qu’un accessoire il est le reflet de la marque Hermès, un vrai objet. Avec ses 90 cm de côté et son roulotté, cette page de soie blanche n’était pas promis à un bel avenir avec ce format contraignant et simpliste qui n’incitait guère à la fantaisie.
L’histoire du carré Hermès sera pourtant tout autre. La création des carrés sera sans cesse renouvelée, grâce au talent de la centaine de dessinateurs qui se sont consacrés à l’invention de motifs inédits depuis plus de soixante-treize ans. C’est ainsi que plus de 1 500 modèles imaginés à ce jour, racontent tour à tour l’histoire d’Hermès et ses attaches à la mode, aux arts, aux cultures, aux traditions…

Le premier carré Hermès vit le jour en 1937. Créé par Robert Dumas, grand-père de Pierre-Alexis Dumas qui dirige actuellement la conception. Robert Dumas, qui a édité le tout premier carré en 1937 l’intitulant « Jeu des omnibus et Dames blanches ». Il illustrait à sa manière l’inauguration de la ligne parisienne de voitures publiques Madeleine-Bastille. Un sujet qui se prêtait à mille interprétations, et qui, en dépit de son organisation précise dans un cadre, mêlait déjà l’humour et les couleurs. « Dès le début, le carré Hermès a été imaginé comme un objet, et non comme un accessoire, aime à rappeler Pierre-Alexis Dumas. Un objet parfaitement composé et autonome, qui peut se suffire à lui-même. Mon grand-père avait été fasciné par la rigueur imposée par l’impression de la soie, et a immédiatement abordé la création de ses motifs à travers la composition. Il accordait donc une haute importance au dessin, ne supportait pas l’à-peu-près dans les représentations d’animaux, d’objets, de détails, et il a fini par lui imprimer un style très démonstratif, bien qu’il n’en fût pas l’auteur. »*
Rober Dumas, dirigeant la Maison Hermès ne pouvait tout superviser et illustrer lui-même ces carrés il fit donc appel à des spécialistes de talent, dont Hugo Grygkar, qui esquissera le célèbre Brides de gala en 1957, puis Minéraux, Les Blés, et Écuries, des thèmes en affinité avec l’univers de la sellerie. Cet exercice de création sur soie provoquera de belles rencontres.

À l’instar de son grand-père, qui avait commissionné Cassandre pour les modèles Perspective et Littérature, Philippe Ledoux (carrés Pavois et Cavalerie française), Henri de Linarès (Plumeset Gibiers) ou encore Jean-Louis Clerc, à qui l’on doit le carré Swinging Saint-Germain, Pierre-Alexis Dumas a ainsi fait appel à l’artiste chinois Ding Yi.

A partir de 1978, Jean-Louis Dumas perpétue la tradition des artistes invités instauré par son père Robert et fait notamment appel à Hilton McConnico pour le carré Souvenirs de Paris. Le nouveau dirigeant d’Hermès aime plus que tout raconter des histoires et instaure un thème annuel commun aux différents métiers de la maison. Grâce à cette nouvelle contrainte un regain de créativité anime les nouvelles éditions. Les motifs deviennent plus abstraits, les illustrations ressemblent parfois à des rébus, sans que les carrés perdent jamais en originalité ou en couleur.

Pierre-Alexis Dumas invite en 2003 Bali Barret à concevoir la collection « Soie Belle ». De nouveaux talents, comme Dimitri Rybaltchenko, Benoît Pierre Emery ou Anamorphée, se prêtent à l’exercice du carré. Les nouveaux modèles se nomment Cheval surprise, En désordre ou En duo. Quant au fameux Jeu des omnibus et Dames blanches, il est remixé en 2007 par Cyrille Diatkine, sans perdre une once de son originalité. En 2006, Pierre-Alexis Dumas confie à Bali Barret la direction artistique de la soie féminine. Bali Barret travaille en collaboration avec le studio dessins de la maison.

Le carré Hermès n’a jamais cessé de se réinventer et de se renouveler au fil des ans et des collections sans jamais perdre ses contraintes originelles. Comme une feuille blanche vierge, une et multiple à la fois, il a motivé de nombreux créateurs et dessinateurs pour en faire un objet unique, intemporel, un Classique..

Par MJ.K


*Source : Hermès

INFOS PRATIQUES :
Boutique Hermés
24 rue Faubourg St Honoré
75008 paris


A lire également :
- Un gavroche Hermes au profit de l'Unicef





Publicité